Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 16:20
Sortie : janvier 2010
Label : Stones Throw


Les grandes rencontres d'artistes et d'influences de tous horizons donnent rarement de bons albums. Quelle surprise donc à l'écoute d'Earthology, de découvrir cette "raw soul" (comme les Whitefield Brothers l'appellent eux-mêmes) gorgée d'instruments venus du monde entier et enrichie d'invités représentant divers courants musicaux. Après un premier album considéré comme culte, In The Raw sortie en 2001 et réédité en 2009, les deux frères de Munich, fondateurs des Poets Of Rythm, ont réuni des morceaux enregistrés ces dernières années - voire bien plus longtemps - entre New York, Munich et Berlin pour concocter un nouveau disque en forme de tour de la terre.

Earthology frappe d'abord par son grain, la consistance de ses pistes, leur épaisseur qui rappelle les vieux disques de world ou de jazz, le souffle et les approximations de mixage en moins. La production est parfaite en cela qu'elle restitue l'atmosphère touffue du son des frères Whitefield tout en laissant suffisamment de place à chaque instruments. Leur univers soul-funk majoritairement instrumental est adossé à une rythmique puissante, sans doute la marque des Dap-Kings (groupe qui accompagne notamment Amy Winehouse et Sharon Jones) qui ont participé aux sessions.
Cette architecture laisse place à diverses expérimentations audacieuses et judicieuses. Il y a tout surtout ces sonorités intrigantes qui viennent des cordes africaines sur Safari Strut, de percussions d'Amérique centrale sur NTU ou de flûtes asiatiques sur Alin. Quant à Sad Nile, les mélodies cuivrées sont familières au Nigeria de Fela, et la marque du passage en studio des musiciens d'Antibalas.
Alors que l'on croyait voyager dans des contrées lointaines, on est rappelé à l'ordre par l'arrivée plus familière de rappeurs dont les flows s'intègrent à merveille sur ces beats dont ils ne sont pas des habitués. Edan, Mr. LIF et Percee P font ainsi des apparitions remarquées qui participent à l'éclectisme de l'ensemble.
L'Afrique, l'Amérique puis l'Orient avec notamment Pammukale qui rappelle les méditations d'Alice Coltrane en versant dans un jazz cosmique envoûtant. Les Whitefield nous font traverser l'Asie tout en gardant leur fil conducteur, notamment grâce à une batterie qui ne s'échappe que par instant. Le voyage s'achève sur Chich, sorte de berceuse venue encore d'un autre pays... imaginaire celui-là.

Avec Earthology, 2010 s'annonce déjà très bien ! Les convaincus par la collaboration entre Mulatu Astatke et Heliocentrics (chroniqué ici) peuvent se précipiter, c'est du très haut niveau.

http://www.melodic.co.uk/ihp/thumbs/SIZE300_QUALITY75_EarthologyAlbumArt.jpg
par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

rob99 28/01/2012 13:38

hello,
disque énergique, un peu foutraque mais on ne s'ennuie pas.
nota: actuellement dans les bacs soldes à la fnac à 2€50.
rob

Benoit 06/02/2010 22:51


bel album, d'une grande richesse et qui te fais voyager à travers le monde et les âges pour pas un rond !