Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 19:55

Sortie : 22 mars 2010
Label : Hotflush Recordings

Genre : Dubstep, Techno

Note : 8,5/10


En matière de dubstep, Scuba fait à la fois figure de précurseur et d’incontournable. Depuis 2005 Paul Rose publie des maxis sur son label Hotflush Recordings, et sort il y a 3 ans son premier album A Mutual Antipathy. Depuis il a lâché Sub:stance (chroniqué ici), un mix - impressionnant - du nom des soirées dubstep du Berghain, qu’il organise en tant que résident. Ce type a clairement tout d’une pointure, mais malgré cela rien ne pouvait laisser présager l’immense claque que représente Triangulation.

Tout en conservant une brillante cohérence et un certain minimalisme, Scuba fait tout bonnement fondre les frontières. Dubstep, techno et électronica fusionnent sous ses doigts, pour donner lieu à une musique lumineuse, travaillée avec une précision de joailler, qui coule en vous comme du vin de myrrhe. Ici pas question de brutaliser l’oreille, des nappes épaisses et moelleuses bordent les titres, comme un lit où s’épanouissent parfois des chants féminins rêveurs. Les rythmiques 2-step restent à leur place, délicates et sans être trop appuyées ou envahissantes. Il est clair qu’on ne peut s’empêcher de penser souvent à Burial. Mais lorsque qu’un kick binaire prend le relais, la dimension dansante de Triangulation devient flagrante (l’irrésistible On Deck, Heavy Machinery), et les beats se font plus grisants que des shoots d’oxygène pur. Sur Before, Scuba va jusqu'à effleurer le trip-hop. Cette plage très downtempo, parcourue de craquements de vinyles et traversée d’un chant languide, atteint des sommets de beauté triste. Dans son prolongement, Tracers, après une sublime introduction, embraille sur une techno hybride où un beat à contre temps vous aspire dans une spirale vertigineuse. Une fois au fond, démuni et privé de tout sens commun, on voit réapparaître les divines nappes du début qui, caressantes, achèvent de vous convaincre que l’on est bien mieux ici qu’en haut. Il serait trop long de détailler tous les titres, mais chacun mériterait de l’être, tant cet album relève de la perfection et habite littéralement l’auditeur éclairé.

Scuba frappe très fort avec Triangulation, plaçant la barre du dubstep actuel à un niveau incontestablement supérieur. Voilà un disque qui m’accompagnera certainement encore longtemps, et qui s’inscrit, à mon sens, comme l’un des meilleurs de ce début d’année.

                              
                            scuba-triangulation-PINP.jpg                          

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Fab 16/03/2010 11:16


Hâte d'entendre ça!
Je suis fan du gus depuis A Mutual Antipathy et son mix Sub:stance n'a fait qu'enfoncer le clou!


Astro 13/03/2010 20:09


Oh mais de rien (on ne peut pas dire que tu sois "rancunier" ; on peut même dire que tu portes bien ton pseudo… Et puis de toute façon, si t'aime, c'est là l'essentiel).

+

Astro


funky5 12/03/2010 09:55


astro merci pour le podcast d'ametsub.
dommage que tu ne fasses pas des chroniques dans ce blog ou que t'en fasses un (blog).


Chroniques électroniques 12/03/2010 16:03


Pour toi Astro, comme par hasard voilà la 9. Parce qu'en effet c'est celle qui résume le mieux l'album.


Astro 12/03/2010 03:16


"Tout en conservant une brillante cohérence et un certain minimalisme" : c'est vrai
"Scuba fait tout bonnement fondre les frontières" : c'est pas faux mais c'est pas vrai…
"Dubstep, techno et électronica fusionnent sous ses doigts…" : surtout jungle… (la 2,3,4, la 7 à moitié et l'essentiel de l'esprit de la 9 sur laquelle je reviendrais brièvement).
"…pour donner lieu à une musique lumineuse, travaillée avec une précision de joailler, qui coule en vous comme du vin de myrrhe" : soit !
"et les beats se font plus grisants que des shoots d’oxygène pur" : faut pas s'auto censurer comme ça... !


On deck, placée hors contexte - (ce qui n'a pas de sens mais sortir du 125 aussi typé "commercial" c'est pas très heureux je trouve) - ne vaut rien ; de plus j'ai l'"impression" de l'avoir déjà
entendu (tulipa/maxime dangles par exemple, que je préfère, c'est dire ! , à tout prendre…). De plus, enchainer avec le trop typé trip hop (85 bpm comme de bien entendu avec des vrais morceaux d'
un "sample" du protection de massive attack dedans…), Before c'est trop vulgaire, provoqué, caricatural et artificiel… On a l'impression que les "frontière fondent" oui mais surtout grâce aux
quatre premières qui brouillent les cartes. Finalement, on se dit qu'il les repasse carrément. La 9 est un résumé de l'album et de tout ce que j'ai dit… Il n'empêche que ça passe très bien et que
c'est même agréable mais c'est pas une tuerie…



Bonus !

Isol - modul...

Machinefabriek - Fabriek Bakker Fabriek...

Atom - Music is better than…

Ametsub - Sgustok Podcast 002 ( http://sgustok.org/music/ )



Concert !

Monoloke a la cite de la musique le 10 avril



+

Astro


funky5 11/03/2010 23:11


excellente chronique,superbe disque .

dommage que tu mets pas un titre en écoute.


Chroniques électroniques 12/03/2010 10:25


Notre radio est parfois capricieuse mais on essaie de mettre systématiquement des titres avec nos chroniques...