Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 21:56

Sortie : 25 janvier 2010

Label : Ostgut Ton


Cela fait deux ans que Scuba s'est exilé à Berlin. Il a lancé en juillet 2008 avec Paul Fowler (Spymania Records) les soirées Sub:stance au Berghain. Quitte à lâcher l'Angleterre, autant en emporter un peu avec soi. Berlin a désormais sa nuit consacrée au dubstep, dans les murs enfumés du bastion de la techno allemande, soirées qui ont vu se succéder Martyn, The Bug, Joker ou d'autres acolytes de chez DMZ. L'idée de la symbiose des deux univers est plus que séduisante. S'étourdir de basses et de volutes ténébreuses dans cette ancienne centrale électrique, à la réputation sulfureuse, représente certainement une expérience qu'on n'oublie pas facilement.

Scuba livre aujourd'hui le premier mix estampillé Sub:stance : 24 morceaux qui reflètent tant sa vision du dubstep que le panorama sonore d'une telle nuit. On retrouve ses poulains

Sigha, Mount Kimbie et Pangaea (il est le patron du très bon label Hot Flush) ainsi que quelques uns de ceux qui on marqué les Sub:stance, Mala, Shackleton ou Ramadanman.
L'heure n'est pas aux fantaisies funky et ensoleillées, Scuba s'établit immédiatement du côté noir du genre et prend un malin plaisir à griser l'esprit avec des atmosphères embrumées, pour mieux l'aspirer dans des spirales hypnotiques. Le début du mix a des accents d'ambient dubstep, des beats secs et syncopés claquent sur des tissus de textures denses (Sigha, Early Morning lights). Avec douceur, Scuba fait monter l'intensité d'un pouce : Joy Orbison donne le signal, les boucles montent, obsédantes. L'hallucination collective se poursuit dans une version plus droguée et rampante lorsque AQF passe aux platines.
La fin du mix approche et fait courir le risque de ne plus se relever du tout. Après l'enchaînement du It's Time For Love de Shackleton et du Stand Against War de Mala, Scuba introduit en durcissant le ton (Last Stand) ce qui sera l'assaut final, l'apocalyptique Psychedelic Runway de Joker. Là, dans un décor de fin du monde, on lève les yeux vers les très hautes vitres du Berghain, il est midi et demi, et il fera gris à Berlin aujourd'hui.

                                      http://www.nuits-sonores.com/blog/wp-content/uploads/2009/12/substance.jpg
par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

DIM 20/01/2010 11:24


Too much darkside of the moon!