Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 17:07
Sortie : février 2010
Label : Audiobaum


Les artistes cherchent des concepts, des logiques, des lignes directrices pour leurs albums. Et parfois, non. C'est le cas de Recue qui publie sur Leftover Love des pistes enregistrées ses dernières années dans des ambiances, des lieux et dans des états d'esprit différents. Le Finlandais doit tout de même avoir une certaine suite dans les idées dans ses travaux car ces 12 morceaux entre ambient et IDM s'assemblent assez justement.

Recue aime travailler la matière, faire évoluer les sons, ajouter les couches et multiplier les directions. Ses productions sont donc complexes et riches, mentales et énergiques. Il se creuse le cerveau pour faire cohabiter bleeps, basses, rythmiques dynamiques et nappes voluptueuses. Malgré l'hétérogénéité des modes de composition, les morceaux plus habités et sombres (Kasvoton2) côtoient sans problème des pistes plus légères et douces à l'écoute (Mistypd). Emerge une atmosphère unique où cohabitent les journées froides d'une Finlande enneigées avec les nuits agitées d'un esprit isolé. Les deux se croisent même parfois, notamment sur Revisited où un kick sourd uptempo brutalise de blanches bruines sonores.
La tension baisse légèrement par moment même si le niveau général reste correct. Le Finlandais continue imperturbablement de raconter ses histoires rythmées dans lesquelles se cachent toujours de quoi stimuler les tympans. Avec Sensime, il démontre toute la délicatesse qu'il sait dispenser avec parcimonie tandis qu'il se révèle plus nerveux sur Tissit2368.

L'arrivée en fin de disque de la voix de Jolea casse un peu le décor lentement assemblé jusque-là. Elle se fait heureusement assez discrète et laisse toute sa place à la mélodie rugueuse de Morning Dew.


Cet album (dont un morceau nouveau est proposé en téléchargement chaque semaine depuis la sortie sur le site du label) démontre que même sans réflexion globale, on peut créer un tout cohérent. Un tout qui s'écoute en l'espèce avec délectation.

http://bandcamp.com/files/10/91/1091021857-1.jpg
par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires