Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 16:41

Sortie : octobre 2011

Label : Hospital Productions

Genre : non identifiable

Note : 7/10

 

C’est au hasard de pérégrinations nocturnes sur la toile que l’on tombe sur des objets musicaux complètement barrés. Ainsi, le blaze de Vatican Shadow accompagné de la pochette de Mural of Saddam ont immédiatement capté mon attention. Jamais entendu parler de ce truc. Deux morceaux et 10 minutes plus tard, voilà la cassette avalée et mon esprit chamboulé. Bordel, c’est quoi cet ovni ?

Derrière Vatican Shadow se cache Dominick Fernow, aka Prurient. Putain, si j’avais su ! Pour les non-initiés, Dominick Fernow est une sorte de gourou reclus du mouvement bruitiste new-yorkais. Le gazier à beau avoir sorti des dizaines d’albums/EP, a beau figurer au nom d’un tas de projets obscurs, sa musique n’en demeure pas moins excessivement confidentielle. Il gère aussi un micro label, Hospital Productions, pourtant auteur de plusieurs centaines de sorties mais quasi exclusivement en tirages limités. D’ailleurs Mural of Saddam n’échappe pas la règle avec sa cassette éditée en 125 exemplaires.

Bref, Vatican Shadow c’est de l’expérimentation pur et dur qui vient chatouiller tes neurones afin de brouiller les cartes. Vatican Shadow c’est de l’électronica lo-fi fabriquée avec deux bouts de ficelles (une boite à rythme merdique en fait) mais qui arrive à résonner durablement dans ton esprit. L’impact est suffisamment fort pour provoquer le questionnement. Il faut dire que toute l’imagerie religieuse autour de l’EP y est pour beaucoup et quand cette imagerie se mélange à une cadence militaire, on saisit la teneur politique de la musique de Dominick Fernow.

Mural of Saddam se compose de deux morceaux dont les titres sont déjà en soi tout un programme : Schwarzkopf Arc Of Triumph / Saddam Statue Conspiracy & U.S. M1A1 Abrams Exhaust Rises Between The Hands Of Victory. Vous aurez donc compris que l’on a à faire à la frange hautement politisée de l’expérimentation new-yorkaise et qu’en foutant les pieds là dedans, mieux vaut être armé. Maintenant, démerdez-vous.

 

Sans-titre.png

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires