Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 14:52

Sortie : 10 novembre 2009
Label : Highgrade Records

Genre : Techno

Note : 2,5/10


Bon élève ce Todd Bodine. Elevé aux grains de la techno berlinoise, notre poulain a vaillamment tenu les platines du légendaire Tresor Club pendant de longues années avant de virer à la production. Avec déjà deux albums à son compteur, il fait partie des producteurs que la sphère techno suit d’une oreille avertie. Mais voilà, à force d’être exempt de reproches, Todd est tombé dans le piège de la tech-house au kilomètre avec Forms, son nouvel album. Notre homme aurait mieux fait de moins regarder sur ses voisins afin de dévoiler davantage son univers personnel.

Attention, Forms est loin d’être un album insupportable. L’ensemble s’écoute même avec fluidité. Mais malheureusement, Bodine tombe dans les travers de la minimale chiante et convenue. L’influence de Detroit a beau être massivement présente, il oublie l’essentiel : insuffler une âme à ses tracks.
L’exercice de l’album pour un producteur techno est toujours difficile. Certains choisissent la voix de l’expérimentation et de l’ouverture, quitte à se casser la gueule. D’autres font dans la facilité en empilant des maxis techno. Ces derniers font trop souvent face à un résultat plat, en manque d’inspiration. Ainsi, sur les 12 titres de Forms, une grande partie est totalement dispensable car déjà entendu 1.000 fois. On peut cependant sauver la tech-house old-school et aérienne de Claiming Clouds ou la techno salement druggy et taillée pour le Panorama Bar de Twister. Mais comme pour mieux se tirer une balle dans le pied, ces deux morceaux sont disponibles uniquement sur l’édition CD.

Highgrade Records nous a habitué à des sorties bien plus pertinentes. Forms est un album techno sans saveur, parfaite illustration des dérives de la techno allemande quand celle-ci décide de prendre l’auditeur pour une vache à lait.

Forms-Todd-Bodine-Highgrade069cd-AC107492-300.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires