Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 17:18

Sortie : 20 septembre 2010

Label : U Know Me Records

Genre : Abstract hip-hop

Note : 6/10

 

Le label U Know Me correspond au petit frère de l’écurie hip-hop polonaise JuNouMi Records, réputée pour publier exclusivement sous forme de vinyles. Cette jeune maison fête son avènement avec le premier album de Teielte. Cet autochtone sort Homeworkz, sans rapport aucun, semble-t-il, avec le duo casqué.

 

U know Me commence pas mal. S’il est loin de n’avoir que des qualités, Homeworkz demeure une bonne surprise. Résolument abstract hip-hop et bourré d’influences dubstep, il opte pour une veine downtempo, synthétique mais tumultueuse. Les beats que façonne le Polonais ont de complexe qu’ils semblent déborder de maintes substances électroniques, et naître d’une superposition adroite des strates. Fermes et pêchues, les basses savent frapper là où ça fait mal, et les cliquetis se déchaînent, évoquant une armée d’insectes, métalliques et grouillants. L’art du contretemps, du beat éclopé et de la basse bourdonnante paraissent maîtrisés par Teielte. Gumbas, presque électronica, le shlohmo-esque Shempolain, ou Darkvoices et son wobble troublant (vidéo ici), sont de facture plus que convaincante. Mais l’éclair de génie du beatmaker réside dans le bien nommé 3 steps, dont le beat mutant se transforme durant 7 minutes. Cordes stressantes et sifflement de lasso dans l’air, voilà un climat dark qu’il aurait été pertinent de diffuser davantage. Mais décevante est trop faible pour qualifier la fin de Homeworkz. Les synthés immondes de Landog Never et de Harpghan, ainsi que l’insipide Limpid de fermeture crispent l’oreille avec douleur. Et c’est bien dommage.

 

Teielte semble capable du meilleur comme du pire. Le constat est mitigé, mais certaines faces son hip-hop abstrait et composite méritent largement un éclairage. Bien assez prometteur pour progresser, espérons que la suite lui portera chance.

 

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires