Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 00:09

Sortie : mars 2012

Label : Hands Production

Genre : IDM, Expérimental

Note : 9/10

 

Après 5 ans de silence, Talvekoidik réintègre le devant de la scène. Enfin, une scène bien particulière. Kai Christian Hahnewald est un membre du groupe de rhythmic noise S.K.E.T. fidèle à Hands Production. En 2007 il réalise son premier album, le dense et plus qu'inspiré Silent Reflections, qui sort en trois versions. En série limitée et avec des artworks différents chez 9t9 Records puis sous la forme d'une ré-édition chez Brume Records, label co-géré par le français Gwenn Tremorin. Il suffit des deux premiers titres pour classer ce disque au rang de tuerie. Aujourd'hui l'Allemand réintègre Hands pour sortir Negotiate The Distance, un deuxième album lourd de promesses.

 

Si son premier essai s'est avéré parcouru de sursauts d'emphase, d'une sorte de lyrisme indus, Negotiate The Distance rompt avec toute forme de surenchère. Le propos est épuré, la forme, magnétique et vibrante. L'oeuvre traite de la problématique de la distance, en lien avec les comportements humains, de ces jeux sociaux qui questionnent l'émotion et l'espace. L'idée de surmonter la distance – car tel est le sens du titre – s'inscrit également dans des logiques concrètes, évoquant ainsi la promiscuité urbaine, les immeubles poulaillers. Tel est le sens de l'artwork. Oui, Talvekoidik est quelqu'un qui intellectualise la musique. Non, ce n'est pas une tare. L'inverse fonctionne aussi, mais il peut être bon se prémunir du sens dépréciatif qui tend à planer sur ce terme, l'hypocrisie n'étant jamais loin. Précaution prise, il ne faudrait pour autant oublier qu'un tel album est en premier lieu une affaire de ressenti, d'émotions brutes et pourtant ambiguës, d'atmosphères si présentes qu'elles en paraissent réelles. Talvekoidik prend le brouillard comme fil rouge. Les drones guident ainsi l'oreille du début jusqu'à la fin, créant ce tissu de vibrations qui tantôt calfeutre, tantôt déroute. L'homme brasse l'IDM, l'expérimental, l'indus aux consonances tribales qu'il distille au milligramme. Difficile de nier des éléments néo-classiques quand piano et cordes occupent un tel espace. Outre des influences comme Beefcake ou Gridlock, l'Allemand s'inspire des musiques traditionnelles arabes, scandinaves, celtiques. Quoique officiant dans des genres différents, les fans du prodige français Hol Baumann ne perdraient probablement pas leur temps à se pencher sur ce que nous avons là. 

Par rapport à Silent Reflections, le changement majeur s'opère au niveau du beat qui, dans le tableau, s'éloigne pour devenir un détail de l'armature. Rien, absolument rien n'est à abandonner dans cet album. Du drone opiacé et solennel de Take A Deep Breath jusqu'à la retombée délicate et dépouillée de Awaiting You To Return, les perles se succèdent. L'exceptionnel The Tree Knows A Secret, qui annonçait l'album et attisait les attentes, en résume l'esprit. Sa trame est une basse grondante, à l'impact lourd et incessant, qu'enlacent des volutes vocaux murmurés. Lorsque l'ensemble se stoppe pour reprendre dans un ultime gong, votre crâne se fait caisse de résonance. Au grade des beautés absolues, j'ajouterai à ce morceau Curtis Went Away, As Nobody Listened et Unreal Yearning. Le premier se détache du fait de sa rythmique cutée et puissante, jusqu'à l'instant fatal où tout vous reflue à la gueule. Tissé d'arabesques de violoncelle, de percussions et d'un piano volage, le second est de ces pièces que les mots ne savent décrire. 

 

Rares sont les albums qui délivrent un tel noeud d'émotions, qui vous plongent dans un état incertain, vulnérable, limpide et comblé. Expression d'un esprit torturé, Negotiate The Distance fait de la noirceur et du doute un matériau sensoriel magnifique, animé à la fois d'urgence et de retenue. Cet album est un chef-d'oeuvre. Quant à ceci, c'est ma dernière chronique. Bless bless. 

 

talvekoidikcd2012 

par Manolito

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Marc 17/05/2012 16:14

Un des meilleurs album qu'il m'ai été donné d'ecouter dans cette semaine. Merci

Manolito 14/05/2012 18:46

Merci à vous, et surtout ne lâchez rien.

michel 09/05/2012 02:14

Merci pour tes chroniques, de bonnes et de très bonnes découvertes. Bonne continuation.

YyrkoOn 07/05/2012 13:40

Bonne continuation, lache pas l'affaire ici ou ailleurs ...

Philippe 05/05/2012 19:21

Bonne continuité et tu mérites beaucoup de reconnaissance pour ton excellent travail. Garde ta passion.