Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 17:18

Sortie : 28 septembre 2010

Label : Iamsound Records

Genre : New-wave gothique

Note : 2/10

 

Après l’apocalypse, que restera-t-il ? La musique de Salem aimerait tenir la réponse avec sa proposition d’un cruel pessimisme. Mais avoir une idée suffit-il à proposer un bon album ? Avec ce King Night, on est loin, très loin du compte.

 

Alors que la plupart des sites spécialisés se mettent à genoux devant ce monstre hybride, il est temps de remettre les choses à leur place. Ce premier album du trio de Chicago est plus proche de la torture que de l’"album de l’année" mollement vendu. Ce n’est pas parce qu’un groupe semble avoir créé une atmosphère nouvelle que l’on va directement s’extasier devant ce pseudo mouvement. Rien que le nom porte à sourire : witch-house. Non mais faut arrêter les conneries, ça ne veut rien dire et surtout ça ne correspond en rien à la musique de Salem. Point de house ici mais par contre pour les sorcières, c’est indéniable, vous allez être servi.

Pour être plus explicite, la musique de Salem s’apparente à de la new-wave gothique, mixée avec de l’électronica cheap et du hip-hop du pauvre, le tout aboutissant à un mur du son. Et histoire de chercher une référence, c’est du côté de Fever Ray qu’il faut se tourner. Mais là où Fever Ray maîtrise l’art de la retenue, Salem en fait des tonnes quitte à frôler le grotesque comme avec le morceau d’ouverture, King Night.

Parfois, l’album réussit à séduire par la force de l’immersion. La mélancolie shoegaze de Frost et la douce voix féminine de Traxx suffisent à retenir l’attention. Mais ces quelques minutes de relative accalmie ne réussissent pas à sauver King Night du naufrage. Le pire étant lorsque la voix masculine s’en mêle. A trop jouer avec l’auto-tune pour vouloir rendre une voix caverneuse, on finit par tomber dans le pathétique. Ainsi, ce trop plein de graves finit par donner l’impression d’entendre un ogre ridicule ne pouvant faire peur qu’aux enfants ignorants. Et le flow hip-hop de Sick et Trapdoor dépassent allègrement les limites du mauvais goût.

 

Ce King Night de Salem est une vaste blague. Malgré une idée de départ intrigante, proposer la bande-son de l’apocalypse, le serpent finit par se mordre la queue. Salem se révèle bien trop prétentieux et pompeux. Tout cela se clôture par un énorme fou rire devant ce téléfilm d’horreur bien trop kitsch et d’une pauvreté affligeante.

 

http://media.paperblog.fr/i/351/3515319/salem-king-night-L-1.jpeg

 

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Louis 09/06/2011 14:13


Je ne l'ai pas écouté de manière très assidue mais j'aime beaucoup la première, j'y retrouve un mélange de Crystal Castles et Kap Bambino, en plus dark. C'est d'ailleurs via une playlist iTunes
store de ces derniers que je les aient découvert. Si tu ne l'a pas remarqué, dans cette premiere chanson, King Night, a l'arrière est chanté Minuit Chrétien, un chant de la messe de Noel. Pour le
truc. En tout cas je trouve que certaines critiques manquent d'Objectivité


Chroniques électroniques 09/06/2011 15:30



L'objectivité n'a jamais été notre recherche. Bien au contraire.



melasse 20/03/2011 18:29


le problème c'est que c'est tout simplement hyper nul. il faut écouter julee cruise ou third eye foundation et ça suffit. quant à la bande son de l'apocalypse il suffit d'allumer nrj.


Chroniques électroniques 20/03/2011 22:37



Je plussoie du début à la fin.



Killjoy 31/01/2011 17:52


Salut,
je ne vais pas tenter de rentrer dans le jeu du "je vais te convaincre que c'est un bon album". Pour situer un peu mon parcours avant de rencontrer Salem, c'est un disque que j'ai écouté sur une
borne d'écoute en fnac, j'y met assez peu les pieds d'habitude et considère, peut être à tord que les CD type coup de coeur fnac suivent la tendance, ce qui n'est pas un problème en soit, je
faisais partie des hordes qui ont vénérées the XX, mais cela enlève indéniablement de la fraicheur à l'écoute qui se trouve quelque peu orientée. J'avais seulement lu la chronique de King Night
dans Noise, le nom me disait vaguement quelque chose, je pose le casque sur les oreilles et prend une véritable décharge avec le morceau éponyme, je passe quelques morceaux mais n'accroche pas plus
et repose finalement le casque, le visuel est bon, premier morceau percutant, tout un tas de galettes de disco peuvent se targuer d'avoir les mêmes qualités. Toutefois il m'a fallut le réécouter,
après plusieurs écoutes, il s'avère que King Night, sans être l'album de l'année, est un monstre et possède un je ne sais quoi d'intrigant qui en fait un album incontournable. Je ne me l'explique
pas plus que toi puisque qu'il est fait de gimmick presque grotesques, de beat simplistes et je te rejoins lorsque tu dis que faire une musique simple n'est pas un mal, toutefois ce qui craint est
de faire une musique simpliste. Salem est très loin de cela, il propose cette beauté intrigante, de mélodies saturées, torturées qui viennent s'écraser sur nos frêles tympans, il y a du rugueux,
quelque chose de dur dans ces rythmiques qui tendent à nous faire irrémédiablement bouger nos cervicales. Au loin derrière l'entre las de couches on décèle une mélodie qui semble vouloir s'arracher
des basses goudronnées et abrasives. Tu l'as dit il a le mérite de ne pas laisser indifférent, il n'y a pas d'Aphex Twin, je suis d'accord avec toi celui qui soutient le contraire n'en a jamais
écouté, mais il y a une personnalité forte chez Salem, un truc tout simple mais qu'il est le seul à détenir, n'importe qui essayant de faire la même chose sonnerait cheap, Salem sonne glauque,
sombre, il pu le squat et le vomi, il est terriblement beau et curieux. C'est pour toutes ces raisons qu'il me paraît être incontournable. J'avais juste envie de laisser mon avis sur une grosse
claque que j'ai prise il y a de cela un mois. portez vous bien, je vous souhaite de bonnes vibrations.


Chroniques électroniques 31/01/2011 19:04



Tu m'as presque convaincu... là, ça donne envie de le réécouter.


 


B2B.



Little Luke 15/01/2011 18:56


Encore une fois... Chacun ses goûts...
Même si j'ai du mal à comprendre ceux qui n'entendent pas l'enormissime puissance de King Night, ceux qui ne sont pas directement happés par l'univers infernal et malade de Salem.
Je parie que s'il n'y avait pas eu tout cet abbatage médiatique et ces critiques dithyrambiques autour du groupe, si B2B l'avait découvert au hasard de ses errements sur la Toile, cette chronique
aurait été beaucoup plus enthousiaste.
Tout a deja été dit sur Salem, tous les qualificatifs, toutes les comparaisons ont été employés, et malheureusement pour se démarquer de l'opinion commune on est parfois obligé d'aller à l'encontre
de ses propres gouts. Simple esprit de contradiction peut-etre ?


Chroniques électroniques 15/01/2011 22:58



La question mérite d'être posée.


A vrai dire, j'ai découvert "au hasard de mes errements sur la toile" le groupe sans avoir lu une seule ligne dessus. J'ai donc écouté l'album une première fois, les oreilles vierges. Ce n'est
qu'après, en voulant faire quelques recherches, que je me suis rendu compte que le groupe était en train de créer le buzz. Ca m'a réellement surpris. J'ai donc insisté à ce moment là en
l'écoutant encore et encore (mais pas plus hein).


Comme je l'ai déjà dit, je respecte les goûts et les couleurs de chacun. Les gens ont le droit de prendre leur pied sur Salem, je m'en fous. Le seul truc qui m'a fait chié, c'est quand j'ai lu
certaines chroniques vraiment mauvaises car citant des références de manière stupide. Certains ont érigé cet album en pamphlet electronica ou en avant-garde hip-hop. Ca ne colle pas du tout à la
musique de Salem qui est bien plus "simple" qu'il n'y paraît (attention, ceci n'est pas nécessairement un reproche).


Donc, pour la contradiction, c'est non.


 


B2B



thomas 10/01/2011 12:44


"Pire, écouté deux fois de suite pour être sur que c'est de la merde. Ce disque est absolument affligeant."

Super constructif et arrête de penser que t'es une référence au niveau des goûts musicaux, cela apporterait surement un peu de modestie dans tes chroniques.


Chroniques électroniques 10/01/2011 21:06



Pour les arguments, ils sont dans la chronique et pas dans les commentaires.


Pour la modestie, je n'ai jamais prétendu être une référence. J'ai seulement donné mon avis sur l'album, tu n'es pas obligé d'être d'accord mais tu ne peux pas prétendre que ce n'est pas
argumenté. Ce que j'ai seulement constaté, c'est que les médias en font des tonnes et sortent des références improbables concernant Salem. Dire que ça ressemble à du Aphex Twin relève d'une
méconnaissance totale, King Night est très très pauvre en matière d'electronica. Dire qu'il y a du hip-hop est blasphématoire, ce n'est pas parce que le mec adopte un débit lent et phrasé que ça
y'est, c'est du rap. Bref, j'en passe et des meilleurs.


Je ne vais pas m'étendre plus sur le sujet. Si tu aimes Salem, pas de problème, je le respecte. Après tout, la musique du groupe fait débat, c'est ça de gagner.


Mais je maintiens, c'est de la merde (et là impossible de se limiter à un consensuel "j'aime pas").


Sans rancune.


 


B2B