Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 10:10

Sortie : 29 avril 2011

Label : Pampa Records

Genre : Techno mélancolique

Note : 8,5/10

 

Thora Vukk révèle la poésie du concret, du quotidien.

Thora Vukk est la rencontre improbable entre Lamartine et Ponge.

En s’émancipant d’une techno réductrice, Robag Wruhme tente, tâtonne, observe, cherche. En choisissant de n’attraper ni les jambes, ni la tête, il vise directement le cœur. Fait trop rare dans la nébuleuse répétitive techno, il arrive à nous faire apercevoir une lumière douce-amère, à nous faire croire que cette musique de club peut sporadiquement devenir de la musique de chambre. En s’aventurant vers des contrées surprenantes, Robag rejette, d’un plat de la main, la facilité des constructions prédéfinies. La musique concrète de Luc Ferrari devient un partenaire évident. Le moindre bruit pré-enregistré, une fois agencé dans un édifice brinquebalant, convoque nos souvenirs, nous plonge dans une nostalgie en polaroïd.

La techno éthérée de Prognosen Bomm met en lumière la photo de la pochette. On s’imagine, tel ce gosse, en train de saluer naïvement les voitures filant sur une autoroute est-allemande, se demandant où elles vont, en s’inventant des histoires. La musique de Robag est triste, nous prend à la gorge mais avec un gant de velours. Quand arrive la nappe cinématographique de Pnom Global, on est saisi par une bouffée mélancolique. Cette douce prise d’otage par des cordes déchirées donne envie de suivre Gena Rowlands dans un film de Cassavetes.

En rendant le quotidien romantique, Robag nous fait entrevoir sa notion du bonheur. Le piano ne sert pas uniquement à rehausser les émotions, il devient alors un repère. C’est la répétitivité de la rythmique qui sert de métaphore du quotidien. Répétitivité à l’allure presque nonchalante, insufflant une certaine résignation. Seules les interludes tentent de se poser en énigmes et ressemblent à d’obscurs resets visant à rattraper nos songes. La contemplation surannée prend alors des allures de spleen et on est saisi par un flot d’émotions lorsque s’achève l’album.

Thora Vukk est un objet musical fragile, précieux.

Thora Vukk est une petite merveille.

 

http://www.actualites-electroniques.com/Album/Robag%20Wruhme-Thora%20Vukk.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Hero 08/11/2012 23:06

Trop rare pour ne pas être cité. Voilà une oeuvre sensible qui parle en effet aux enfants que nous avons été et que nous dev(ri)ons retrouvé constamment. Et BOUCHONNEAU a raison de citer le mix du
même artiste, il est excellent.

xma 20/12/2011 22:37

moi aussi je suis déçu, je préfére les robag wruhme + dancefloor, pour moi le alva noto passe largement devant robag au classement (si je peux me permettre) ++

Chroniques électroniques 21/12/2011 09:26



Les goûts et les couleurs.


Pour ma part, le Robag me parle bien plus. C'est peut-être une question de sensibilité. Je suis beaucoup plus réceptif à la poésie de Robag qu'aux expérimentations d'Alva Noto.


Il y a aussi la question de la pérennité d'un disque. Le Robag me semble être le type même de disque pouvant passer les années, sans jamais prendre une ride. Je ne suis pas sur qu'il en sera de
même avec le Lucy et le Alva Noto (maintenant, le classement reflête aussi l'année 2011 et non ses traces potentiels dans le futur).


 


B2B



BOUCHONNEAU 06/05/2011 16:34


C'est un trés beau disque, épuré, sincère, bref à l'opposé de son géniteur Robag Wruhme, que l'on dit trés peu commode... Son cd mixé au titre imprononsable "wuppdeckmischmampflow" est le parfait
complément de cet album. Ou peut on trouver la compil Planet E, est elle dispo seulement en téléchargement? Je n'était pas au courant de cette sortie. Trés envie d'écouter. Merci.


Chroniques électroniques 06/05/2011 21:42



Pour la compil Planet E, elle est seulement dispo en format digital. On l'a trouve sur certains sites marchands dont je tairai le nom.


 


B2B.



Nouvelles tendances communication 06/05/2011 08:43


Oui mais je pense que c'est normal. Ce qui fait la mélancolie d'un disque pour les uns ou pour les autres, c'est vraiment de l'ordre du détail dans les nappes. Je suis presque sûr qu'on ne peut pas
trouver un disque (récent) objectivement nostalgique, mélancolique. Tiens, ça serait marrant d'essayer non ?
En tout cas je vous lis souvent, je verrai bien si vous êtes tombé sur le disque parfait de la mélancolie ^^.
++


nouvelles tendances communication 06/05/2011 00:45


D'abord, merci pour la découverte.
J'avais déjà remarqué la pochette, et c'est en partie ce qui m'avait fait m'interroger sur le contenu du disque. Je trouve que le côté sepia / garçons sur un pont fait très nostalgique. C'est ce
que j'espérais en entamant le disque en tout cas. Je dois dire que je suis un peu déçu. C'est certainement très bien, mais je m'attendait aux madeleines, et... Sinon très bonne chronique, chacun sa
mélancolie hein ^^.
GH


Chroniques électroniques 06/05/2011 08:09



Et chacun sa madeleine... ;)


Dommage que tu n'es pas été "touché" par la sincérité de cet album.


 


B2B.