Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 23:06

Sortie : septembre 2010

Label : U-Cover

Genre : Glitch & Melancholy

Note : 8/10

 

Bartosz Dziadosz est-il humain ? Lui arrive-t-il de dormir ? Pleq poursuit encore son insatiable rythme de quatre albums (au moins) par an. Alors que nous avions rédigé une chronique à propos du très ambient et acousmatique Our Words Are Frozen (ici), le Polonais sort sur le trop rare U-Cover ce nouvel album au titre si évocateur : My Life Begins Today. Le label belge avait déjà abrité en son sein généreux le magnifique The Metamorphosis (ici) l'an dernier. Mais ce n'est pas tout, l'excellent label Impulsive Art annonce la sortie de Sound Of Rebirth pour la fin octobre, tandis qu'on parle de deux autres opus à venir : Absorbed Resonnance sur mAtter et Ballet Mechanic sur Basses Frequences. Je n'ai pas cité les collaborations avec son comparse Segue pour ne faire flipper personne. Au hasard d'une de nos quelques conversations nocturnes d'insomniaques patentés, Pleq m'apprenait qu'il travaillait actuellement sur un projet dubstep minimaliste. Je me dis qu'un jour je ne vais plus trouver mon compte dans sa musique, alors je guette comme un enfoiré le jour où il se perdra dans sa boulimie de travail. Ce n'est en tous cas pas sur My Life Begins Today que le sursis va tomber...

 

Les compositeurs qui parviennent à nous remémorer des passages tristes de nos vies sont des gens dangereux. Parce qu'on pensait que ces moments n'appartenaient à personne d'autre qu'à nous même. Que nul ne devait savoir, et que jamais, ces tristes heures ne remonteraient à la surface. Appelons ça si vous le voulez bien le Narcissisme Malheureux. Avec la subtile mélancolie qui est la sienne, Pleq égraine des flocons gelés sur des plaies laissées ouvertes malgré le recul et le temps qui passe. A chaque titre, c'est une nouvelle page qui se tourne laissant néanmoins pointer une incontestable touche d'espoir. Le bonheur est assoupi dans le lit des amours déchus et de la tristesse. Pour illustrer un si sublime spleen sans tomber dans la dépression, le Polonais use de sa recette habituelle : glitch et mélancolie, mélodies brumeuses, compositions classiques modernes et un soupçon de musique concrète. Il est le seul à concevoir l'IDM ainsi, plaçant l'émotion loin devant la frénésie et la complexité rythmique. Sur le somptueux The Journey To Pessimism, c'est la voix fragile d'Aki Tomita qui recueille les larmes gelées laissées sur le chemin du déni amoureux. Le beat s'affirme en décochant des flèches en plein coeur sur I Didn't Have A Clue What I Was Doing. Qui n'a jamais eu l'idée de noyer son désespoir en marchant seul comme un con sous la pluie ? Raindrop sera le compagnon idéal de ceux qui n'ont pas encore cédé à la tentation. Si The Story Of Melancholy Man débute comme un morceau de dark ambient, c'est pour mieux souligner cette impression d'être placé en hibernation en guettant des jours meilleurs. N'importe quel mot serait trop faible pour décrire et illustrer les sensations que procurent Someone Like Comes Into Your Life et My Life Begins Today. La beauté n'est jamais aussi implacable et désarmante que lorsqu'elle se passe de commentaires.

 

Pleq est triste mais réchauffe les coeurs et les âmes de ceux qui ont partagé un jour de semblables déchirures. S'il ne trouve pas le bonheur en passant des nuits entières à composer sur son ordinateur, il éveille en nous des sensations bien plus pures que les produits laitiers. Merci à lui. Après le sublime album d'Amorph sorti le mois dernier (ici), U-Cover est décidément inspiré l'automne venu. Pire que recommandé.

 

http://www.u-cover.com/u-cover/images/ucdr076big.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

subetha 10/10/2010 13:31


trop de Pleq tue le Pleq..


l'Astre 07/10/2010 05:45


L 'important dans un échange, ce n'est pas ce qu'on dis, mais ce qu'on ne dis pas ; c'est la manière de ne pas dire qui fait l'Art, et c'est ce qu'on ne dis pas qui créé l'intérêt ; en l'occurrence
il n'a rien à dire et il tient à nous le faire savoir. - Quatre fois par ans... Quatre album par an!? J'appelle ça de l'incontinence. Toutes ses productions sont d'une niaiserie, d'une...
résignation qui confine à la... pudibonderie... Pour tout dire, la façon qu'il a de "ne pas prendre son cas pour une généralité" m'évoque le regretté Paul Chenavard qui appris bien malgré lui
qu''on ne fait pas de littérature avec de bon sentiments"...

II fait passer la probité de ses émotions avant la manière qu'il a de les exprimer : pour lui, la Musique ce n'est qu'un moyen d'expression. il pourrait tout aussi bien être peintre ou sculteur
qu'il y trouverais son compte et cela au-delà même de ça manifeste aptitude à s'"accommoder" des choses : non pas qu'il soit inhumain, mais simplement qu'il n'est que lui, certainement pas Musicien
c'est à dire. On croirait entendre le travail d'un gars "qui se prend pour le roi" inscrit à un programme de thérapie par l'art pour arrêter de se prendre pour le roi...
Je hais sincèrement ce pisse froid à la neurasthenie plus que douteuse : mainstream.


Chroniques électroniques 07/10/2010 08:14



Outch!



funky5 04/10/2010 18:01


On sent le grand fan en lisant ta chronique/c'est vrai qu'on le reconnait tout de suite les sons on reconnait certains sons des autres albums mais ça ne me dérange pas,car les morceaux on toujours
su accroché ma corde sensible.
J 'attends avec impatience tes prochaines chroniques/très curieux d'entendre son "dubstep"/sa collaboration avec segue les titres en écoute myspace présage du meilleur


Ne0 04/10/2010 17:22


Pleq tourne depuis un certain temps en rond..
Au moins on sait à quoi s'attendre..


Chroniques électroniques 04/10/2010 17:30



Ouais, pas du tout d'accord. Je vois pas les similitudes par exemple entre My Life Begins Today et The Fallen Love, ni même avec sa démarche plus abstraite, drone et nosiy qu'on avait un peu
rencontré sur le très acousmatique Our Words Are Frozen.


Tourner en rond ça veut dire quoi si ce n'est faire tout le temps la même chose ?