Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 21:32

Sortie : octobre 2010

Label : Brainfeeder

Genre : Glitch-hop

Note : 4

 

En se mettant à la musique, Teebs n'a pas vraiment arrêté la peinture. Son parcours fait de ruptures l'a mené au bon moment dans la maison de Flying Lotus, Brainfeeder. Un bon endroit où se trouver actuellement, le label ayant le vent en poupe avec cette scène californienne qui donne dans un rap instrumental futuriste. Du bout du pinceau, l'Américain s'inspire de ce mouvement pour créer ses propres toiles sonores. Ardour est le résultat de deux ans de travail.

 

Des titres plutôt courts, des rythmiques venues du rap autour d'échantillons répétés et bidouillés, voilà ce que Teebs a retenu de ce style dit glitch-hop. Mais il sait aussi s'en écarter en limitant les sonorités électroniques et en préférant les tons pastels et rêveurs aux architectures complexes et torturées. Ainsi Arthur's Birds laisse dégouliner ses samples sur la toile, Double Fifths fleure bon la comptine aux textures sépias et les cloches de Wind Loop déteignent tout en douceur. Tout en sonnant totalement d'actualité, Ardour a le charme désuet des toiles anciennes. Il rappelle tout en mélancolie une époque meilleure à laquelle votre grand-mère vous offrait des sucreries et la plage de vos vacances n'était pas entourée d'immeubles.

A première vue séduisant, cet album perd toutefois de la vitesse au fil des titres. Manque de renouvellement, structures des morceaux assez simples, tonalité monocorde, sons répétitifs, rythmiques systématiquement empruntées, l'Américain manque d'idées pour varier sa série de tableaux. Les paysages défilent et une certaine lassitude s'installe. L'enthousiasme du départ s'épuise peu à peu. Pris séparément, les morceaux ne sont pas mauvais, mais l'ensemble perd de sa force jusqu'à parfois sembler poussif, sur Felt Tip ou Why Like par exemple. Quelques passages sortent tout de même du lot, comme King Bathtub, ne suffisant toutefois pas à donner un nouveau souffle au disque. Choisir une sélection de six ou huit titres aurait sans doute été plus pertinent.

 

Premier loupé pour Brainfeeder, même si ce premier long format de Teebs annonce plutôt de belles choses. Le Californien devra varier ses efforts pour nous convaincre vraiment.

 

http://www.brainfeedersite.com/wp-content/uploads/2010/08/ARDOUR-COVER-500.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires