Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 02:09
Sortie : 14 décembre 2009
Label : Rough Trade Records

Je lisais il y a encore quelques jours dans un mensuel prisé par certains amateurs de musiques électroniques, que les récentes sorties du label Dial manquaient d'originalité et étaient trop linéaires. Il y a des fois où on aimerait bien être aveugle.
Pantha Du Prince, ou Hendrik Weber pour les intimes, fait partie aux côtés de Sten (Lawrence), Efdemin ou encore Pigon de la famille fermée Dial. Même s'il ne dit pas adieu à ce sacro-saint label, son nouvel album, Black Noise, est annoncé pour le 9 février 2010 chez Rough Trade. Ses magnifiques précédents albums, Diamond Daze et This Bliss, avaient reçu les louanges de tout amateur de techno qui se respecte. The Splendour, maxi de trois titres, est censé nous faire patienter jusqu'à février...

Notre Hambourgeois préféré avait déjà lâché cette année un maxi de très haute volée, le brillant Behind The Stars. The Splendour semble suivre ses nobles traces. Le titre éponyme témoigne une nouvelle fois de tout le sens de l'esthétisme et du romantisme que l'Allemand est capable d'injecter dans sa musique. Il me paraît hérétique de qualifier cette musique de "minimale" tant cette dernière est riche, inspirée par l'ambient, les compositions électro-acoustiques ou par ce que Detroit et les années 1980 ont enfanté de mieux.
Ce sens inné du taillage de la texture cristalline est une fois de plus bien présent, nous rappelant au bon souvenir d'un Saturn Strobe de toute beauté.
Water Falls apparaît moins intéressant et plus limité après une si splendide claque.
L'excellent Sach Mal Baum, avec ses distorsions rythmiques ainsi que ses sonorités froissées, confirme quant à lui, une fois de plus, que l'écoute des disques de Pantha Du Prince n'est pas réservée aux errants d'after et aux contemplatifs extasiés.

Ses superbes amuses bouches nous ayant mis bien plus qu'en appétit, il ne nous reste plus qu'à prendre notre mal en patience. Black Noise se place d'ores et déjà comme un des disques les plus attendus et les plus prometteurs de 2010 en matière de techno intelligente.

                                 http://www.panthaduprince.com/img/teaser/09.jpg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Julien Moschetti 06/01/2010 19:16


tout à fait d’accord. Les mots sont justes. Et le prochain album est splendide. J’ai rencontré Pantha du Prince pour un portrait qui paraîtra en février dans le magazine Tsugi. Vous en apprendrez
plus sur le personnage...