Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:45

Sortie : avril 2010

Label : Dezordr Records

Genre : Abstract hip hop

Note : 8

 

Préparez-vous. Le "concepteur sonore" du premier album de Psykick Lyrikah (Des lumières sous la pluie) arrive en solo. Il nous a fait découvrir son univers chaotique et prenant. Il va maintenant construire un monde à lui, extrêmement cinématique. Mr.teddybear a pris son temps pour amasser les instrumentaux, les samples et les influences. Il nous livre son Huis-Clos, pièce en neuf actes dont il est seul acteur. Il se dévoile et garde en même temps tout son mystère.

 

Composé au fil des années, cet album est pourtant d'une impressionnante homogénéité. Le récit vous capte dès le début et vous ne pouvez plus relâcher votre attention jusqu'à son terme. Dès le départ, le Français pose un cadre. L'ambiance est posée. Noire. Ce Huis-Clos est sombre et épais. Intrigant et tenace. Les scènes se succèdent avec leur propre tonalité, échos de la variété des instruments conviés. Les violents violons d'Adrénaline irritent avec plaisir. L'intrigue marque un tournant avec L'Oeil Du Cyclone, détour plus rap... instrumental bien entendu. L'attention s'accroît et l'imagination se fait plus fertile avec ce piano mélancolique. La Nuit La Plus Longue et sa terrible guitare électrique plonge un peu plus dans l'effroi, avant d'être rassuré par le saxophone réconfortant sur Les Autres. Sample de voix : "Who am I ?". La musique souvent hors format, parfois proche de l'électronica, interpelle.

"Cet album est une expérience de la solitude et de ses limites", considère son auteur. Il offre pourtant un grand voyage. Peut-être la solitude d'un esprit très fertile ? Seul dans une pièce, les yeux fermés. Cet esprit dessine des villes de bord de mer du Sud de l'Europe, des trains aux destinations lointaines. Aussi des rencontres nocturnes dans des rues désertes à la lumière blafarde d'un lampadaire. Capable de jouer la tension, mr.teddybear excelle aussi dans la sérénité née de l'insouciance. Le producteur semble voir un repli sur soi là où l'auditeur pourrait ressentir finalement une magnifique ouverture sur le monde. En 35 minutes, le disque vous transporte. Passe de l'obscurité à la lumière avec ses guitares chaleureuses glissées en fin de programme.

 

Le Parisien nous propose la bande de sa propre histoire intérieure. Un film riche en émotion, pour les amateurs de mystère et d'aventure. Une illustration grandiose, dans laquelle vous vous laisserez happer. Huis-Clos nous comble d'originalité... un bien trop rare.

 

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires