Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 12:48

Sortie : 21 décembre 2009

Label : Supplement Facts

Genre : House

Note : 7/10

 

Continuons sur la lancée tech-house aux sonorités world. Après Marshall et son rugueux LP la semaine dernière (ici), voici le nouvel album de l’Israëlien Guy Gerber. Tout spécialiste de tech-house se doit de connaître le bonhomme et ses sets hypnotiques. Guy Gerber trace sa route depuis quelques années déjà. Son premier maxi, Stoppage Times, explose aux oreilles des clubbers d’Ibiza en 2004. Cocoon le remarque rapidement et Sven Väth le signe pour un premier album en 2007. Mais ce sont principalement ses maxis, sortant aussi sur Cadenza ou Bedrock Records, qui vont propulser Guy Gerber sur le devant de la scène. Il monte finalement son propre label, Supplement Facts, et c’est sur ce dernier que l’on retrouve son nouvel exercice : My Invisible Romance.

 

A mi-chemin des productions de chez Cocoon et Cadenza, My Invisible Romance est un impeccable album de before. Chaque piste s’installe dans la durée pour mieux capter l’attention de l’auditeur et l’emporter lentement dans une danse lascive. Les néophytes seront sans doute rebutés par l’aspect répétitif de l’ensemble mais Guy Gerber ne descend pas de l’école minimale pour rien. Ici, tout se joue sur l’impact lancinant des boucles répétitives. Chaque titre impose sa structure circulaire, sa bassline profonde avant de claquer des petits sons sachant parler directement aux connexions neuronales.

On retrouve de nombreuses sonorités africaines discrètement agencées ainsi que pléthore de voix fantomatiques donnant un aspect cotonneux à l’ensemble. Livia Bang The Drums est un parfait exemple de tech-house minimale racée pendant que Jango Records se fait plus ensoleillé avec ses notes de guitares évanescentes. Guy Gerber offre même un petit coup de pression salvateur sur la fin avec The Hollywood In You, morceau progressif plus musclé.

 

My Invisible Romance est une délicieuse galette de tech-house pour puriste. Guy Gerber démontrant une fois de plus son talent en gorgeant son album de soleil pour en sortir un groove réconfortant.

http://www.wordandsound.de/media/pic/62429.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Astro 01/01/2010 13:15


Well well well... (bien que je n'aime pas et que je ne vois pas l'"intérêt" de "descendre" un "album" (le tout est bien trop rapiécé pour mériter cette AOC), je vais donner mon avis comme je m'y
suis engagé et vous libérer de ce silence assourdissant qui fait frémir tout le blogosphère (c'est beau comme la prose d'un posteur sur rue 89 qui croit faire honneur a la langue française en
employant des figures de styles les unes plus pathétiques que les autres...:).
Franchement, je trouve ça très mauvais ! (comprendre même pour un after work spécial hed kandi au royal concorde!)(mon dieu quelle horreur!) (La première exceptée qui est pas mal ; c'est même la
meilleure (au point qu'en l'écoutant je me demandais comment il pourrait continuer après ça : j'ai eu ma réponse...)
C'est prétentieux, formaté, sans âme, sans sang, sans sueur, sans sexe, sans humour...(comprendre que ce n'est bien entendu pas aussi clair que cela mais que je considère que c'est pire : cad
vicieux et malhonnête (comme un trans qui attend le dernier moment pour vous mettre devant le fait accomplie - et je sais de quoi je parle! - , par exemple... (je plaisante, pas de panique...).
Pour tout dire, ce n'est même pas nul...
Thats my 2 cents.
Une personne que j'estime disais (en substance) : "c'est dans les ouvres loupées qu'apparait l'essence de l'art".
Cette release aura le mérite de vous faire comprendre avec encore plus de clarté pourquoi vous aimez ce que vous aimez, et c'est déjà pas mal.


ps : quand j'aime, je me contente de faire le bierreux et de mots qui ne veulent rien dire comme "tuerie", "ca déchire" et autres... Quand je n'aime pas, je fais pareil... (y 'a pas de raison et
puis je n'aime pas me faire chier (mais je pourrais être extrêmement jargoneux si je le voulais, sachez le !)


Dictons ! (parce que des magics bonus après un conseil d'écoute comme ça faut pas abuser non plus!)


La porte la mieux fermée est celle qu'on peut laisser ouverte.


Arbre renversé par le vent avait plus de branches que de racines.



+

Astro


Chroniques électroniques 05/01/2010 12:07


Ah les goûts et les couleurs.
Merci pour ton point de vue que je comprends parfaitement.
Pour ma part, je persite et signe et affirmant que cet album est agréable. Je ne crie pas au génie mais je trouve simplement qu'il a le mérite d'être suffisemment prenant et vibrant à l'écoute pour
mériter une écoute. La seule chose qui m'inquiète, et que je dis dans la chronique, c'est l'aspect trop répétitif de l'ensemble qui donne l'impression que Guy Gerber s'est contenté du minimum. Et
je te rejoins donc sur le fait que dès le premier morceau, la messe est dite. La suite n'est que tentative vaine de retrouver le niveau initial.


Astro 29/12/2009 15:21


Toi tu sais comment me parler ! Je m'écoute ça dès qu'il arrive et je confirme - ou pas - tes propos ! (J'espère quand même qu'on est plus proche de cadenza que de cocoon...)
A ce propos (car il y a toujours un "à ce propos" avec Astro !) à ecouter et voir absolument, Richie Hawtin* dans : "Cocoon invite Minus @ Amnesia" :

http://www.dancetrippin.tv/lib.cfm/5692/DJ_set_episodes_94/Richie_Hawtin/Ibiza


(Perso, j'invite quelque potes chez moi, je branche le rétro, lance la vidéo en 5*5 sur le mur, et on se fait la soirée "comme pour de vrai" ! (c'est vrai en plus!))C'est vraiment bien trippant...
(les deux premiers tiers après ça part en couille).


* DJ de l'année selon RA ; ce qui n'est pas un scandale (comme de voir l'album de XX placardé partout dans le métro et étiqueté - ni plus ni moins - meilleur album de l'année. Surement une dérive
de toutes ces listes qui fleurissent en fin d'année :))


A écouter, puisqu'on parle d'israélien - la ficelle est grosse mais j'aime ça - : Yair Etziony avec son Flawed qui est très "satisfaisant" (c'est pas une "tuerie" mais c'est pas le "but" non plus)
(je suis pas sur d'être clair pour tout le monde => mais c'est pas le but non plus:))


Pour conclure, une petite française qui sort ça première release chez comene (tient tient le label de mister Ay Ay Ay...) et qu'il faut soutenir coute que coute, même si c'est très moyen (j'en ai
décidé ainsi)!

Chantal Vs Diegors and The Don - Dernier Volta


+

Astro