Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 13:01
Sortie : 8 décembre 2009
Label : Ultimae

Le label lyonnais Ultimae a cette année encore démontré sa brillante incapacité à sortir de mauvais disques. Après avoir lâché un Out of Breath de toute beauté sur la récente compilation Imaginary Friends (chroniqué ici), le Parisien Alexandre Scheffer, ou Cell, publie enfin son nouvel album Hanging Masses. Fils de musiciens, il démontre un intérêt certain pour le piano et les claviers dès son plus jeune âge. Ses influences, allant de Peter Gabriel à Tangerine Dream, de LFO à Kraftwerk, lui permettent d'un peu plus affiner ses envies. Outre ses apparitions sur Ultimae, il a réalisé un autre album, deux lives et compose également des bandes originales.

Hanging Masses est un véritable hymne à la haute définition. Celui qui l'écoute se doit de posséder un matériel digne de ce nom pour en saisir toute sa splendide substance.
Votre vieux discman ou l'auto-radio de votre Fuego n'apparaissent pas comme les plus adaptés.
Cette electronica ambient est subtilement progressive et littéralement stratosphérique.
Résolument downtempo, cette musique envoie des messages satellitaires à des cieux réceptifs. L'ouverture sur Calling, semble évoquer le départ d'une odyssée vers des galaxies inconnues et rassurantes. Switch Off est co-signé par Aes Dana, chaleureuse tête pensante du label. Les volutes diffusées par ce morceau pourrait rappeler à n'importe quel amnésique ses propres errements foetales dans un liquide amniotique réconfortant.
On ne détaillera pas toutes les émotions constatées pour conserver un minimum de surprise à celui qui voudra acquérir ce magnifique objet.
Le diptyque Second Shape, Hanging Masses, mais surtout les superbes Vapor et Risky Nap Under Blue Tree, réservent eux ausssi leur lot de délectables frissons.
Comme souvent chez Ultimae, on navigue entre conscience et coma chamanique, prêt à hiberner une éternité auprès de tant de textures enveloppantes.

Cet album témoigne une fois de plus que les claviers et les machines repoussent toujours un peu plus les limites de la composition musicale. Ce disque est accompagné d'un splendide artwork signé par Sub88. Ceci devrait un peu plus affirmer votre volonté d'obtenir cet album dans sa version physique. Quant à moi, il ne me reste plus qu'à me replonger en hibernation et ré-appuyer sur play, en attendant la prochaine sortie du label.

                               http://3.bp.blogspot.com/_JkhjwI7_bKs/SxGDq4IwekI/AAAAAAAAA3M/HuqYlH4J830/s320/cell-hanging-masses.jpg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Max 20/02/2011 14:11


Magistral !


Astro 29/12/2009 18:02


Putain ca donne grave envie aussi ! mais malheureusement Astro n'a pas les 3/4 jours pleins et solitaire d'écoute disponibles que ce genre de production demande (Astro aime désormais se focaliser
et mettre tout ce qui doit être mit en œuvre sur les premières écoutes qu'il pense être - tout compte fait - les plus "objectives"). Il va donc rejoindre - malheureusement - l'interminable liste
qu'Astro écouteras quand il aura le temps - s'il vit assez vieux, - ce qui n'est pas gagné du tout ! (Astro n'est pas malade, rassurez vous:))


Ps : Pourquoi j'ai attendu aussi longtemps pour employer la troisième personne du singulier pour parler de moi, là est la véritable question !


Plus sérieusement, je m'écoute ça aussi, donc... (Oui...! Carrément ! comme un cheval qu'on mène à l'abattoir pour le transformer en steak tartare !) (avec les condiments, l'œuf, le tabasco, le
ketchup heinz, de la fleur de sel et des frites paysannes dont on a laissé la peau pour faire plus rustique : c'est parfait sur du Robson Ponte (Reinhard Voigt)!!!!)


Va falloir que j'arrête...:)




Bonus !


Various - The Remixes [Plus8 100] ==> du son bien rêche comme il faut...


Henrik Schwarz / Âme / Dixon (rien que ça) - The grandfather paradox [BBE 120CCD] ==> Parfait, ou presque.


+

Astro