Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 13:14

Sortie : 24 août 2010

Label : Western Vinyl

Genre : Neo Classical, Piano

Note : 8/10

 

Goldmund n'est autre que Keith Kenniff, que les mélomanes de très bon goût connaissent mieux sous le pseudonyme d'Helios. Son projet Goldmund met en avant son immense talent de pianiste. Ses oeuvres furent publiées chez Type Records et Western Vinyl, deux labels qui ont pour vocation de présenter des artistes avant-gardistes, officiant dans l'électronique ou non. On se souvient plus particulièrement du sublime Two Point Discrimination. The Malady Of Elegance, le plus récent en date, minimaliste et intimiste, avait également réchauffé le coeur et l'âme de ceux qui l'écoutèrent.

 

Sur Famous Places, la passion que voue Kenniff à Erik Satie et à Claude Debussy n'a jamais été aussi palpable. En quinze petites histoires illustrant des lieux visités, Goldmund imbibe ses touches d'émotions subtiles pleines de volupté. Pour pas trop se faire chier quand même, il a jugé bon de les classer par ordre alphabétique. L'utilisation de l'électronique apparaît ici plus que désuète mais commenter un ouvrage de Kenniff étant toujours un plaisir sans failles, je n'ai pas pu m'en empêcher. L'enregistrement est limpide, trahissant un travail de studio colossal. Les effets de pédale et la gymnastique des touches sont si bien retranscrits que les échos prennent parfois l'apparence de drones et offrent des tonalités similaires aux field recordings. Ces "composants" s'élèvent beaucoup plus concrètement en aval, pour toucher leur apogée sur le superbe Saranac de fermeture. Famous Places fait donc office d'album le plus ouvert de sa discographie, de plus aérien, certains diront même qu'il y a quelque chose de très ambient. Même si les titres Alberta, Brown Creek, Cosnetoga, Edale et Pine View semblent avoir ma préférence, l'opus entier prend une fois de plus des allures d'oeuvre majeure.

 

Parce qu'il est plus utile de voir le jour se lever que d'écouter la Symphonie Pastorale et parce que, de tout temps, la beauté a été ressentie par les précieux dégoûtés comme une secrète insulte ; des artistes tels que Keith Kenniff existent pour nous offrir une alternative. Tout comme Sylvain Chauveau, il fait partie de ceux qui hissent les musiques néo-classiques et contemporaines à ce si haut niveau. Famous Places devrait plaire à ceux qui se retrouvent dans ce sillon, et pas seulement.

 

http://www.scdistribution.com/resources/wv77.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires