Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 22:10
Sortie : novembre 2009
Label : Initial Cuts


Inspiré autant par Laurent Garnier, Scan X, Pink Floyd ou Portishead, Enola, projet solo de la moitié de Noirdegout, arrive avec un premier album de techno sobre et impeccablement produit. Pas étonnant d'y retrouver l'expérimenté Scan X aux manettes... Le maître mot de ce disque est la patience. Les dix plages étendent dans la longueur leurs évolutions mesurées sur un beat calibré pour faire remuer nonchalement les hanches. Ce n'est pas de la minimale, même si on en est pas loin par moment, notamment sur ce The A Trip qui monte à son rythme autour de sa mélodie légèrement rêveuse. On pense alors plus à James Holden qu'aux productions techno de la maison F Com.
Différence majeure avec l'Anglais, le résident de Besançon peut aller chercher quelques voix, comme ce chant illuminé et sérieux sur Sarah. La rythmique se fait alors plus pop même si les nappes envahissantes maintiennent le lien électronique avec le reste. Autre voix et autre ambiance sur In Utero dans un style électronica décalé.
L'influence Garnier/Détroit pointe son nez sur Lascive, son groove hypnotique et sa batterie syncopée. Un voyage mental sans surprise mais qui délivre avec habileté son message apaisant et souvent bien deep. Enola aurait peut-être gagné à introduire quelques ruptures dans ses titres, même si ceux-ci déroulent avec une impressionnante facilité. Sa pratique du DJing lui a sans doute dicté cette continuité convaincante.

C'est un bel univers dont Enola nous ouvre les portes. Alone ne devrait pas le laisser isolé bien longtemps...

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

milliot 14/11/2009 17:01


Un album sentimental...une deep techno fine et facile a l'écoute...un énorme coup de coeur..si si on peux s'emouvoir sur de la techno..! ..un mix est sur mon myspace pour les amateurs de techno
accroche coeur..