Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 18:12

Sortie : février 2010
Label : Temporary Residence
Genre : Ambient chanté

Note : 7

Une bien curieuse idée qu'a eu Matthew Cooper, alias Eluvium, sur son nouvel album. Après quatre ans de pause discographique, il décide de poser sa voix sur Similes. Il rompt donc le silence, choisissant de laisser son timbre discret s'exprimer sur ses plages ambient dont il a le secret.

Sur les huit pistes du disque, se sont tout de même les nappes et les notes de piano qui dominent, forgeant l'identité planante et poétique de cette musique. Certains morceaux, notamment In Culmination et ses trois minutes émouvantes de piano solo, n'offrent d'ailleurs peu ou pas de place au chant de Matthew Cooper. Et si l'ajout d'une voix sur de l'ambient pourrait en effrayer certains, le résultat est plutôt réussi. Le mélange fait ici penser aux premiers Sigur Ros, avec un chant fantomatique qui transparaît au milieu des titres sans déranger les autres instruments. Un doux débit qui renforce le caractère rêveur de l'album. Il est vrai que l'Américain qui revendique l'influence de Brian Eno assure un service minimum et ne donne pas vraiment dans la chanson. Comme pour les autres sons, il procède par touche délicate, à la recherche d'un équilibre toujours fragile.
Autre nouveauté annoncée par le label : la présence de percussion. Il faudra être très attentif pour les entendre car elles se résument à de léger cliquetis sur de rares morceaux dont Making Up Minds. Des interventions si mesurées que parler de percussions semble exagéré. Comme souvent pour l'ambient, une bonne qualité d'écoute est nécessaire pour apprécier toutes les subtilités (et notamment ces "percussions" donc). Après avoir été un peu facile sur Bending Dream, Eluvium termine sur un titre long format où sa voix, feutrée et distante, prend un peu plus de place. Un final plein de grâce.

Un casque sur les oreilles au coin d'un bon feu, les yeux fermés pour un massage en douceur du cerveau. Une prescription qui pourrait être efficace pour les migraineux. Les autres apprécieront aussi cette poésie sonore...

http://www.exclaim.ca/images/up-eluvium.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires