Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 18:59
Sortie : 20 mars 2010
Label : Warp

Autechre (Rob Brown et Sean Booth) fait partie depuis plus de 15 ans de la tribu des vaches sacrées de l'IDM. Plus sentimentale que celle d'Aphex Twin et moins autiste que celle de Boards Of Canada, leur musique suscite questionnements et fantasmes depuis leurs débuts. Même si leur premier album, Incunabula, a aujourd'hui un peu vieilli, des opus tels que Amber ou Tri Repetae sont à jamais inscrits dans la roche du panthéon du genre. Après l'abscon Quaristice en 2008, Oversteps est attendu avec la plus grande ferveur par tout amateur de musiques électroniques intelligentes. Parce qu'il sont des fidèles entre les fidèles, ce dernier sortira chez Warp.

Il y a quelques semaines, un nombre incalculable de geeks avaient cru dénicher Oversteps sur des sites obscurs de leaks. Chacun se gargarisait de la trouvaille en beuglant à qui voulait l'entendre que Oversteps était un disque charnière dans la discographie du duo. Manque de pot, cette fuite n'était qu'un vulgaire fake, pourtant troublant de qualité. Même s'ils ne cessent de clamer qu'ils ne sont pas à l'origine de la supercherie, les Ecossais de Altered:Carbon ont pu bénéficier d'un gros coup de projecteur sur leur premier album éponyme, sorti le 8 février.
Loin de nous l'idée de les renvoyer à leur possible mauvaise foi, force est de constater néanmoins les dérives du "leakage" frénétique. Peut-être était-ce leur volonté première. Nous fermerons peut-être définitivement la parenthèse en rédigeant une chronique de ce très bon album au demeurant.

Parce qu'il est extrêmement difficile de poser des mots sur la musique du duo de Sheffield, nous n'allons que très peu nous y risquer. Mystérieuse et dénuée d'âme pour les uns, chaleureuse et sentimentale pour les autres, la musique d'Autechre est imprégnée d'une incontestable intelligence. Doit-on en conséquence tenter de l'expliquer en l'intellectualisant un peu plus ? Définitivement non.
Depuis que l'art est art, une certaine frange se réclamant de l'intelligentsia tente de nous imposer une façon d'envisager la peinture, la musique et le cinéma. Tout cela bien entendu, au détriment du libre arbitre et de la subjectivité.
Nous n'allons donc pas vous expliquer ce qu'il faut comprendre de ce nouvel album.
Conçu avec des machines par des humains capables d'émotions, Oversteps renoue avec les divines trames mélodiques qui avaient bâti leur succès au milieu des années 1990. On dénombre peu ou pas de rythmiques type batterie ou boîtes à rythmes. Le génie du collage ou de superposition des différentes couches sonores est intact. Les édifices sonores construits par Autechre ne semblent pas connaître de limite de grandeur.
Même si le presque baroque Known(1), l'onirique et splendide Treale ou le pragmatique 0=0 me sont apparus comme les plus beaux morceaux, l'ensemble est éclaboussé de cette classe et de cette fluidité qui sont l'apanage des grands.
On est bien loin des albums noise et abstraits Confield et Draft 7.30 qui, en plus d'être bien trop en avance sur leur temps, faisaient parfois penser à un onanisme d'informaticiens néanmoins géniaux. Le musicien que je ne suis que trop peu soupçonne ici une utilisation plus importante des synthés virtuels (peut-être le Nord Lead ?) et des softwares de programmation.

Même si on note quelques réminiscences de sonorités issues de matériel vintage, Oversteps est incontestablement bien ancré dans le 21e siècle. L'occasion est donnée aux Lillois, Parisiens et Nantais de les entendre en live au mois de mars. Les autres se consoleront avec l'acquisition de l'album qui devrait sortir sous un packaging de luxe et agrémenté de pistes inédites téléchargeables. De notre côté, nous prenons très peu de risques en avançant l'hypothèse qu'Oversteps soit un des plus beaux albums de l'année.

                                 http://mp3passion.net/uploads/posts/thumbs/1264167122_12.jpg 
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

shift. 18/11/2010 03:47


Je les ai vu en Australie il y a 6 mois environ... une vraie tuerie mais impossible de bouger dessus. Jávais deja eu lexperience quand je les avais vu pour leur sortie de Draft 7.30...
putain, cetait tubulaire, futuriste et chaotique... completement dans le noir... perso, ca ne ma pas du tout derange, dans tous les cas, jái tendance a fermer les yeux quand je vais voir des
groupes qui ne sont pas la pour faire du scenique... Le temps est passe vite, jai trouve que cetait une vraie experience, juste assez de weed pour te faire encore plus partir dans leurs sons. Par
ailleurs, le son de la salle etait sans doute le plus clair de ma vie. Le Capitol a Perth en Australie.

Par contre, je suis un fan de la premiere heure des debuts dáutechre avec incunabula ou les tri repetae... va falloir que je me chope ce Oversteps síls renouent avec les nappes que j'aime tant...


muufljdlkb moii 19/07/2010 03:00


Bonjour,

je reste très intrigué, j'ai vu le live d'Autechre 2 fois, à Lille puis à Bruxelles un mois plus tard, eh ben ils n'ont absolument pas joué leur album. Ce qui est dingue c'est que je n'ai trouvé
aucun commentaire à ce propos sur le web... Le live était carrément génial, encore bien en avance sur tout autres musiques electro, mais leur album Overstep ne l'est pas du tout... A croire qu'ils
balancent volontairement leur pires productions (pied de nez au piratage ?), et qu'ils se gardent le meilleur pour le live...
J'avais déjà constaté cette chute rétrograde avec quaristice, et je n'y croyais déjà pas à l'époque, trop malins ces deux gars pour soudainement faire du revival avec des vieux sons. Cela ne
collait vraiment plus avec leur ligne de conduite : avancer sans la redite, radical dans la recherche mais jamais gratuit (c'est à dire jamais étrange pour être étrange).

Suis-je le seul à constater çà ou y-a-t-il d'autres "oreilles" pour le confirmer ?

Donc je suis rassuré et triste en même temps, leurs tracks en live sont géniaux et visionnaires, mais je ne peux pas me les procurer, et c'est peut-être çà l'avenir de la musique.


azerty 23/03/2010 22:17


Pour le noir je comprends, le public doit être plus attentif à la musique dans le noir que sous les spots.


azerty 23/03/2010 09:49


J'étais présent hier soir au set d'Autechre à Lyon. Je suis assez déçu... En première partie on a eu le droit à Didjit, qui a fait tourner un espèce de Rap US pendant 45 min, j'étais assez surpris
que l'on fasse passer ça en première partie d'Autechre.
Ensuite Russel Haswell : insoutenable mais impressionnant. De la musique bruitiste (comprendre un vrombissement de mobylette avec des sons ultrasaturés sans rythme ni mélodie) pendant 15 minutes,
intéressant mais impossible à suivre. Déja le volume commençait à me gêner.
Puis Rob Hall, techno expérimentale, pas mal du tout, mais surtout fait pour danser, j'avoue que j'étais plutôt venu pour écouter. Par contre là le son devenait vraiment trop fort pour moi : sans
bouchons, obligé de me boucher les oreilles et de sortir toutes les 10 min.
Et enfin, Autechre est arrivé ! Enfin, je crois. La transition s'est faite dans le noir (à la demande du duo puisque l'organisateur s'évertuait à fermer toutes les portes pour que la salle reste
dans le noir). Au bout de 15 min, je me suis dit "bon là c'est Autechre, je reconnais leur son !" mais aucune annonce...30 min plus tard c'était évident qu'il s'agissait d'eux, mais la salle était
toujours dans le noir, et le son était porté à un niveau sonore vraiment scandaleux (physiquement insoutenable sans bouchons, quelle absurdité). Du coup, lassé de ne pas pouvoir en profiter (même
si ca devenait vraiment techno), je suis parti...


Chroniques électroniques 23/03/2010 17:51


Ca fait quelques années qu'Autechre joue entièrement dans le noir, il fallait le savoir c'est vrai.


Luke 21/03/2010 23:07


Ce fake a quand-même fait l'objet d'un déchaînement de haine de la part de sites faisant partie d'une certaine intelligentsia chiante. J'ai lu je sais plus où que les blogueurs étaient incapables
de faire la différence entre un album d'Autechre et de la sous-musique d'un obscur groupe... Ou bien encore que les blogeurs avaient écrit des conneries comme "Autechre refait du hip-hop"... Ben
moi, j'ai quasiment tous leurs disques et je mets au défis ces gens de me faire écouter un track d'Autechre qui soit hip-hop...