Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 16:36

Sortie : avril 2011

Label : Alpha Pup

Genre : Liquid beat

Note : 4

 

Une nouvelle génération de beatmaker de Los Angeles déferle sur le monde, autour notamment des soirées Low End Theory et du label Brainfeeder. Leurs rangs se garnissent en ce début d'année de nouvelles têtes convaincantes telles que Matthewdavid, Jeremiah Jae et consorts. Alpha Pup, qui participe à la diffusion la plus large de cette scène, présente Elos qui sort un premier maxi sous le signe de l'expérimentation issue d'un lointain rap totalement contaminé par l'électronique.

 

Premier élément à noter, les sept titres proposés par Elos dépassent les trois minutes, ce qui fait presque figure d'exception dans cette scène de LA qui aime les ébauches courtes et percutantes, délaissant parfois l'évolution de chaque morceau pour construire un récit à l'échelle du disque. Flying Sky Fortress n'est toutefois pas un contre exemple total. Chaque extrait repose sur un nombre d'éléments restreint et joue sur la répétition pour poser une atmosphère moelleuse et synthétique. Le producteur laisse ses boucles travailler pour lui. Le magma de Dundeals (part 2) remue ainsi faiblement, peu dérangé par les cliquetis rythmiques. La matière sonore envahie l'espace aussi vite qu'elle le quitte, laissant peu de place à la respiration. Les titres traînent donc souvent en longueur, l'hypnotisme entraînant plus le sommeil que le trip mental. Si sur Shroot l'impression d'évoluer dans un monde imaginaire peuplé de petits hommes habillées de manière colorée et ne cachant pas leur penchant pour la chanson joyeuse est plutôt ragaillardissante, Airliner's Patio donne plutôt l'impression d'être embourbé dans un marais électronique où l'air vicié vous rend pataud. Un résultat au final assez inégal.

 

Ce maxi démontre les limites de cette génération de LA qui découvre avec joie les instrumentaux électroniques barrés : c'est nouveau, c'est original, ça laisse de la place à l'imagination, mais faut pas nous refourguer n'importe quoi non plus. Elos n'est pas le pire... pas le meilleur non plus.

 

http://images.inyourspeakers.com/galleries/MISC/elos_flyingskyfortress.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires