Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 11:31

Sortie : 14 février 2011

Label : Type

Genre : Dark ambient

Note : 7,5/10

 

Lorsque la nuit polaire s’étend, l’obscurité n’est pas votre unique partenaire, il faut aussi faire lit commun avec le silence. Dès lors, le moindre craquement de la banquise devient vertigineux. La perte de repères vous guette et votre seule arme reste l’introspection.

La musique de Deaf Center devient alors ce médicament propice à l’apaisement. Qui aurait pu prédire que le repos viendrait d’un album de drone-ambient acoustique ?

 

Owl Splinters est le troisième album, tous sortis chez Type, du duo norvégien formé par Erik Skodvin et Otto Totland. Les deux complices sont donc dûment formés aux nuits infinies. Owl Splinters est une œuvre remarquable reposant sur aucun artifice superfétatoire. Les fans de Ben Frost trouveront ici matière à poursuivre leurs errances.

La musique de Deaf Center se contente de peu et réussi pourtant à stimuler activement nos songes. Avec une économie de moyens, un piano souvent présent, des cordes sombres et une fine dose de field recordings, le duo arrive à créer de magnifiques pièces de violence contenue. Divided, ouvrant l’album, est une symbolique composition spectrale dont les chœurs semblent invoquer on ne sait quel démon. Chaque morceau se déploie lentement, prend le temps d’imposer sa montée drone implacablement immersive. Le sublime Close Forever Watching est un modèle du genre. Se focalisant uniquement sur une ascension drone ô combien minimaliste, il suffit que tombe une unique note de piano, grave, pour avoir l’impression de subir une sentence divine. C’est tout de même impressionnant de se rendre compte que, parfois, la musique sait se rendre imposante avec un rien. Mais là où la fascination prend le dessus c’est dans cette impression d’écouter un album sombre réussissant pourtant à vous plonger dans un état proche d’un délicieux coma. Pour cela, Deaf Center accompagne le plus souvent ses créations de quelques touches de piano. On retrouve ainsi deux courts morceaux dont le piano en sourdine est un vibrant appel à l’apaisement.

 

Owl Splinters se révèle être une sublime partition de drone-ambient immersive et introspective. Les 45 minutes de l’album accompagnent alors vos songes. Vous vous surprenez à contempler le vide, à attendre un signe. Et quand celui-ci surgit, vous êtes alors cloué sur place. Remarquable.

 

http://s3.amazonaws.com/typerecords_site/covers/355/type080_cover_medium.jpg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Raphdub 10/04/2012 14:29

Remarquable critique. La totalité de l'album est à la hauteur. Je vais donc, à partir de l'un des morceaux en faire une vidéo.(Voir site http://www.youtube.com/user/raphdub/videos)

funky5 07/03/2011 16:40


http://soundcloud.com/_type/sets/deaf-center-owl-splinters


Chroniques électroniques 07/03/2011 18:21



Merci.