Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 21:18

Sortie : 1er Mars 2010

Label : Infiné

Genre : Techno, house

Note : 6,5/10

 

Cela fait 3 ans que Clara Moto nous abreuve de ses maxis tech-house, 3 ans que la miss trace son sillon dans le paysage techno. L’Autrichienne a longtemps eu une influence positive sur les nuits de sa ville endormie de Graz avant d’être remarquée par Agoria, qui l’a signera sur Infiné, et de partir à l’assaut des plus grandes cités électroniques. Depuis Glove Affair (que l’on retrouve sur l’album), elle a su prendre ses marques pour imposer avec douceur son style et ralentir le tempo avant de sortir son premier album.

 

Clara Moto semble avoir mis toutes ses tripes dans ce Polyamour résolument personnel et chaleureux. C'est un fait indéniable ; elle a pris son temps pour ciseler avec finesse chaque morceau et donner une cohérence à l’ensemble. En 11 tracks, elle impose élégamment son identité entre techno douce et électronica introspective. Même si Polyamour manque parfois d’originalité, on reste absorbé par ce voyage. C’est là qu’apparaît une fois de plus, et non sans plaisir, la petite touche féminine supplémentaire, cet ingrédient qui permet de donner une sonorité ouatée à ces morceaux. Jamais on ne se sent agressé, jamais la rythmique ne se fait trop violente. Clara prend son temps avant de lâcher la basse, elle préfère travailler les nappes urbaines d’Emory Bortz ou se focaliser davantage sur la matrice sonore d’Alma, plutôt que de ravager violemment un dancefloor.

C’est d’ailleurs avec les morceaux tout en retenu qu’elle impose le mieux son style comme avec l’électronica ambient de Goodnight Twilight. On retrouve aussi sa copine Mimu sur trois pistes aseptisées plutôt dispensables (dont le single Silently). Et les limites de Polyamour sont atteintes, l’album a beau être personnel et travaillé, l’ensemble apparaît cependant trop propre, forcément oubliable. Polyamour reste néanmoins un album tech-house agréable et respirant la sincérité.

 

http://i31.photobucket.com/albums/c378/jayje_/Clara_polyamour_smaller.jpg

 

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires