Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 11:03

Sortie : 6 avril 2010

Label : Kill The DJ

Genre : Electro-pop déviante, house

Note : 7/10

 

Chloé mène une carrière irréprochable depuis ses débuts au Pulp à l’aune des années 2000. Elle aura fait partie de cet équipage (aux côtés de Jennifer Cardini entre autres) incontournable ayant su insuffler à la nuit parisienne cet esprit déviant qui lui manquait (et qui lui manque à nouveau aujourd’hui). En empruntant la voix de Kill The DJ, Chloé Thévenin s’est doucettement dirigé vers un univers sombre. Son premier album, The Waiting Room, avait permis de souligner l’ambition mesurée de Chloé par le biais d’une noirceur électronique maîtrisée. Mais ce qui reste dans l’esprit des danseurs, c’est cette propension que possède la DJ lors de ses sets à les amener aux confins d’une techno minimal trébuchante.

 

Finalement, qu’attendre de One In Other, si ce n’est une nouvelle parenthèse crépusculaire ? A l’écoute de ce second opus, on est saisit par l’obscurité de l’ensemble. Un pas est franchi dans le rétrécissement des couleurs. Désormais, seul le noir a droit de citer. Chloé semble nous questionner : une fois les excès passés, que reste-t-il à part danser, yeux dans les yeux, pour sonder l’âme du voisin ? One In Other n’est pourtant pas un album de techno et fait davantage figure de proposition électronique personnelle. Oubliez le beat répétitif, il va falloir faire face à vos démons, seul. Tout n’est qu’une question d’approche lancinante de la musique. Mais attention, One In Other n’est en rien un album dépressif. La noirceur proposée par Chloé apparaît davantage comme un constat d’époque que comme une volonté de se mettre à nue.

Dès l’ouverture, Word Of Word imprime une lente montée caverneuse, portée par des sonorités liquides, huileuses, qui vous collent aux doigts. Une fois la capture auditive effectuée, Diva s’occupe, en 9 minutes tremblantes, de vous égarer dans un labyrinthe fantomatique avant de vous lâcher la main pour une descente abyssale. Pourtant, jamais Chloé ne se fait offensive et quand elle pose sa voix sur One In Other ou You, c’est pour mieux chuchoter. On est donc presque surpris d’entendre quelques notes de guitares paisibles sur Ways Ahead qui clôture l’album. Et pourtant les influences de madame ne sont pas à chercher du côté de l’électro actuelle mais plutôt du côté du Velvet Underground ou de Joy Division. Indéniablement, la patte de l’école Kill The DJ transparaît. On devine l’ombre d’un Krikor malin derrière tout ça, le bruit sourd d’une batterie de Battant, l’empreinte diffuse d’un Ivan Smagghe.

 

One In Other est un album qui se dévoile lentement, méritant une escale sur la longueur. Sans être hermétique, on peut cependant rester de marbre face à cette proposition pouvant paraître trop personnelle et donc difficilement appropriable. En livrant un album d’une rare noirceur, Chloé délivre une sorte d’illustration sonore des errances littéraire de La Famille Royale de William T. Vollmann. On n’en ressort pas indemne mais on sent que ce voyage était nécessaire.

 

http://www.killthedj.com/images/chloe/cover-chloe-web-big.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires