Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 16:22

Sortie : avril 2010

Label : Breathe compilations

Genre : Jazz - ambient

Note : 7

 

Breathe compilations nous a habitué à des albums d'ambient éthéré à la qualité irréprochable. La qualité est encore au rendez-vous avec leur dernière livraison (disponible comme d'habitude en libre téléchargement), le netlabel mexicain ayant le bon goût de faire varier, légèrement, le style. Le Polonais K. Polaczenco nous entraîne sous son pseudo Horiso dans des contrées crépusculaires ou les teintes électroniques croisent le jazz au sein d'un univers expérimental inspiré. De quoi rappeler fortement l'esprit de la rencontre Erik Truffaz-Murcof...

 

Ce disque est une histoire de paysages sonores. Il y a ces nappes et ces rythmiques qui plantent le décor. Elles créent des déserts, des collines ou des ruisseaux. Des espaces souvent immenses et peu traversés. Le mouvement est en effet rare avec ces sonorités planantes qui déambulent étourdies. L'expérimentation atteint son paroxysme sur Serpents où les bruissements électroniques semblent reposer sur un fonctionnement chaotique. Un des rares passages purement synthétique.

La plupart du temps, le sens de la marche est donné par les instruments conviés dans ces écrins minimalistes. Piano, guitare et surtout la trompette viennent orienter le randonneur dans ces pistes alambiquées. Les touches organiques apportent aussi un esprit jazz, bien que la délicatesse de ces interventions ne bouscule pas le reste. Sur Winter Walk par exemple, les notes de piano sont retenues, la trompette souvent fantomatique. Les textures sont extrêmement soignées pour ne pas rompre le minutieux équilibre. Un sens de la mesure qui rappelle la musique feutrée d'Arve Henriksen.

Horiso fait rarement s'emballer la machine. Toutefois, sur le début de Catherine, une batterie prise un temps de convulsion vient interpeller l'oreille avant de redonner la main aux autres instruments. La guitare électrique prend alors une dimension plus grande avec sa saturation qui vous envahit par vague. Une énergie aussi de passage sur Wandere, titre venu secouer l'ouverture plus classiquement jazz que constitue Morning.

 

Walks est un album à la magnificence fragile. Il ne vous atteindra que lorsque vous serez prêt à le recevoir. Quand, apaisé, votre esprit s'ouvrira au voyage qu'il vous offre. Vous ne pourrez alors que succomber...

 

http://breathe-comp.com/wp-content/uploads/2009/02/a_cover_horiso_600.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires