Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 17:25

Sortie : août 2010

Label : Definitive Jux / Fat Possum Records

Genre : Rap

Note : 3

 

Nous vous disions récemment qu'EL-P avait choisit de mettre en sommeil son label Def Jux pour se consacrer à sa carrière solo (chronique de son dernier album ici). Le producteur a fait une petite entorse à cette règle pour sortir, avec Fat Possum Records, l'album du chanteur, MC et producteur Camu Tao, de son vrai nom Tero Smith, décédé il y a deux ans d'un cancer avant d'avoir pu achever son premier disque.

 

Si Def Jux nous a habitué à un son rap tirant vers le rock, Kings Of Heart emprunte plutôt le trajet inverse. Ceux qui s'attendent à un rap indépendant nerveux cher à EL-P, qui a d'ailleurs produit une partie de l'album, en seront donc pour leurs frais. Camu Tao donne en effet dans une veine plus proche des expérimentations d'Outkast, avec un ton qui rappelle d'ailleurs le dernier Big Boi (chroniqué ici) ou certains travaux des Neptunes. Autant dire pas trop ma tasse de thé. Se revendiquant lui-même du punk, il enchaîne les titres courts et assez énergiques, grâce à des guitares saturées très présentes dans la première partie et un tempo relevé garanti par des batteries numériques manquant de profondeur. Vient se poser là-dessus un chant perché dans les aigus donnant une impression de chanson hype assez énervant.

Quelques touches rap viennent heureusement s'intercaler au milieu de tout ce rock surproduit. Avec Major Team et son clavier lancinant, on trouve enfin un titre un peu plus consistant. Tout n'est pas à jeter dans le reste, Plot A Little ou Brid Flu offrent aussi des passages réussis, même si ce n'est pas dans notre style préféré. Il faut aussi saluer la volonté de se démarquer par une certaine diversité et un important travail sur les sons, qui virent parfois à l'électronique sur la fin. Le côté joyeux entertainer qui plane sur les très pop The Perfect Plan et Play O Run est en revanche assez moyen.

 

Cet album posthume s'achève pas un a cappella chargé en émotion qui ne nous convaincra pas de la qualité de ce qui a précédé. Ces apparitions en MC survolté sur les compilations Def Jux avait annoncé un autre visage. Dommage.

 

http://s3.amazonaws.com/fatpossum_production/public/system/release_products/images/4798/crop_290.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires