Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 18:51

Sortie : mars 2010
Label : Brownswood
Genre : Soul d'hier et d'aujourd'hui
Note : 5 


Si l'on devait définir le DJ qui représente le mieux la sono mondiale, la globalisation du son dans sa diversité, toujours à la recherche de titres pointus qui peuvent être appréciés partout sur la planète, on trouverait Gilles Peterson. L'Anglais aux multiples émissions, compilations et DJ set a développé son concept "Worldwide" en mixant tout ce qui peut attirer sa curiosité, se foutant des époques, avec toujours un petit faible pour le jazz et le funk. Une idée qui ne donne pas toujours des résultats très heureux. Ses sets peuvent ainsi tout à la fois être passionnants et riches, tout autant que fade et longuet...

Son label Brownswood est à son image, comme cette compilation Bubblers Five, mélange de soul venue des 70's et de production sorties de machines d'aujourd'hui. Ainsi les voix nombreuses et variées sur ce disque sont un brin datée alors que les instrumentaux sur lesquelles elles se posent sonnent plus électronique, parfois drum'n'bass voire dubstep. Ce mélange des genres fait tout l'intérêt de ce disque qui alterne toutefois le bon et le moins bon. Car comme dans les bacs de Peterson, on y trouve des titres étranges et séduisants et d'autres qui passent sans même que l'on s'en rende compte. Parmi les premiers, à noter Happy de Daru, sorte d'électronica bancal sur lequel pose la voix R'n'B de Rena, qui subit quelques maltraitances bienvenues. Elle évite ainsi l'étiquette de Norah Jones en herbe qui se colle sur pas mal de participantes à cette galette. Il faut d'ailleurs parfois être patient pour comprendre l'intérêt de certains titres, dont le Nxt Msg (Deletion mix) d'Analogue Monsta qui gagne en profondeur et perd en clinquant douteux au fil des minutes. Ses basses et sa rythmique se rapprochent de l'IDM tandis que le chant sans relief passe au second plan.
Toute la compil' est dans cet esprit là. Pour un Dam Funk un peu ronflant, vous avez le droit à un Ron Basejam bien jazz avec une mélodie hypnotique qui ne vous lâche pas. Pour un Calypso Blues de Calypso Rose qui apporte une touche reggae sympathique mais pas vraiment utile, vous avez un morceau de The Raah Project dans lequel Sinatra semble avoir pris de l'exta. Il vous faudra donc piocher, éviter les niaiseries type Nailah, et rester attentif pour ne pas louper les passages plus recherchées, comme ce Rising Up (Slow mix) signé Samuel & The Dragon.

Une chance, cette compilation ne sort qu'en numérique... merci iTunes de permettre de n'acheter que les titres qui interpellent l'auditeur. Et merci à Gilles Peterson qui nous permet de découvrir quelques artistes à suivre, et ceux à éviter !

http://brownswoodrecordings.s3.amazonaws.com/wp-content/uploads/bubblers-sleeves-e1265308073383.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires