Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 12:07

Sortie : avril 2010

Label : Amp Bit<if//go Recordings

Genre : IDM

Note : 7



Dooq est un inconnu. Le site de son label (qui propose trois titres de l'album en téléchargement), pas plus que sa page Myspace ne nous apprennent quoi que ce soit sur lui, mis à part sa nationalité, Anglaise. Une bonne manière de ne pas avoir d'a priori avant de commencer une chronique... Avec son premier album, Fingertip Springs, peut-être accédera-t-il à un poil plus de notoriété.

Dooq fait de l'IDM fragile. Chacune de ses pistes est un habile assemblage de sonorités discrètes qui forment des comptines électroniques plus ou moins torturées. De la pochette déjà se dégage un univers industriel et synthétique dont les ressorts semblent articuler les sons entre eux. Le producteur alterne les moments de tendresse musicale, Around The Giant Seeds et ses cordes cristallines, avec des passages plus sombres et complexes, Wollydoodle notamment. Les éléments rythmiques renforcent cette diversité d'ambiances entre le calme de Chocula Slide et la surexcitation qui règne sur Whimmydiddle.
Outre cette variété de ton, l'auditeur appréciera aussi la qualité des sons de l'Anglais. Les nombreuses cordes, dont celle de Ekaarian, sont d'une grande pureté organique dans un monde très électronique où chaque intervention trouve sa juste place sans déranger le voisin. DooQ évite d'abuser des nappes pour ne pas diluer son propos et remplir facilement l'espace. Comme souvent avec l'IDM, la qualité d'écoute est fondamentale pour apprécier toutes les nuances.
Fingertip Springs perd toutefois un peu en densité sur la fin avec des morceaux plus abstract, Junk Jibe, ou ambient, Wasnt What It Was, un peu faciles, avant de s'achever sur l'excellent Syfon, dans l'esprit de la première partie.

Avec ce premier album tout de même assez réussi, l'artiste s'offre une bonne carte de visite.

http://c1.ac-images.myspacecdn.com/images02/114/l_109e1db22f964cfb8a58ec3470cd04c8.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires