Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 21:23

Sortie : mars 2011

Label : autoproduit

Genre : Rap instrumental

Note : 6

 

B. Lewis "ne créé pas que des beats, mais tous les genres de musiques", nous apprend-il sur sa page Myspace. Il se débrouille bien aussi en grimace. Sur sa page Bandcamp (d'où on peut télécharger gratos le présent album), nous découvrons qu'il a publié La Semaine, l'an passé, un maxi logiquement composé de sept titres et Choices en ce même mois de mars qui ne fait que deux titres. Une concision qui tranche avec les 30 courts, entre une et deux minutes, extraits de Science Wtih Reason qui nous présente la facette producteur d'instru rap du personnage.

 

Le Californien est inspiré par son Etat de résidence pour deux raisons. La première vient de l'héritage G-funk qui transparaît dans un certain nombre de ses morceaux (Pastwards) avec ce côté laidback souvent imité mais jamais égalé. Ça c'est pour le passé. L'autre est son inscription dans la scène actuelle qui gravite autour de San Francisco et Los Angeles et dont Matthewdavid (denier maxi chroniqué ici) est le dernier et sympathique avatar arrivé dans nos esgourdes. Ça c'est pour l'actualité.

Il y a donc sur ce disque des relents psyché (k.m.l.y.u.t), de tranquilles plages toutes faites pour chiller dans sa décapotable (Streetview), quelques passages plus électroniques (2 Birds 2 Stones), l'apparition d'une chanteuse dont la voix flotte dans un instru en apesanteur (Your Two Choices), un peu de rap (For Fallen), etc. Bref, on ne s'ennuie pas et on se laisse bercer par cette variété d'ambiances qui n'est pas tout à fait variée, puisque tout ceci fait sens quelque part sous le soleil de l'ouest américain.

Rythmes bancals (Undergarments), samples nébuleux (Universe Afloat), expérimentations maîtrisées, d'autres principes qui ont dicté la destiné d'un certain Flying Lotus. B. Lewis garde toutefois une approche plus traditionnelle du beat, plus rap, plus soul (par exemple sur Dat Juice), plus franche. Il sait y ajouter des grains de folie, quelques mesures d'inventivité, des claviers apaisants ainsi qu'une pointe d'humour indescriptible. Il y a bien sûr quelques baisses de tension (Hoping Will Only Take You So Far, l'étrangement sirupeux Speak You Mind), mais l'ensemble est de bonne tenue malgré la quantité. Tout ceci ne pouvait s'achever que par une ballade folk touchante en total contraste avec le reste...

 

Les beatmakers ne manquent pas. Cet Américain est sans doute à relever dans la masse. Ce Science With Reason démontre en effet une maîtrise de la science du beat, appliquée bien entendu avec raison. Et puis un homme qui grimace n'est jamais complètement mauvais.

 

http://bandcamp.com/files/18/87/1887981839-1.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires