Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 11:00

Sortie : août 2010

Label : NonPlus+

Genre : Drum'n'bass

Note : 6,5/10

 

James Clements, aka ASC, est un producteur émérite de musique électronique. On le connaît avant tout pour son activisme du côté de la scène drum’n’bass. Même si la drum'n'bass reste trop souvent ce sous-genre abrutissant pour teuffeurs à nuques longues venus se remuer dans des MJC crasseuses sur une sono dégueulasse, il arrive parfois d’être surpris par le style. Ce fut le cas l’an dernier avec le massif album de DJ Hidden (ici). Chaque année amène sa petite, et unique, galette de d’n’b permettant d’entretenir l’espoir.

ASC est donc Anglais (ce n’est pas une surprise) et, depuis plus de 10 ans, il expérimente, tente de sortir des carcans inhérent au genre. Le mec s’en est le plus souvent sorti avec les honneurs. On retrouve ce Nothing Is Certain sur le label qui monte, NonPlus+, fondé par le duo Instra:mental. C’est le premier long format du label et pour une première, NonPlus+ s’en sort avec les honneurs.

Nothing Is Certain fait davantage figure d’album post-drum’n’bass, échappant ainsi à l’académisme. En flirtant de très près avec le dubstep, l’ambient, l’IDM et la techno, le résultat garantit un produit pour le moins captivant.

ASC ne prend pas l’auditeur pour un danseur sans cerveau, il préfère davantage installer une ambiance urbaine à la limite de l’angoisse. On est donc rapidement happé par cette odyssée urbaine prenant des allures de tour de périph' à 3h du mat’ sous la pluie. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que le calme morceau inaugural s’intitule Midnight.

La rythmique n’est ainsi jamais offensive et vulgaire et préfère se focaliser sur un dubstep planant. Le trip souffre cependant d’une certaine longueur. ASC aurait sans doute dû recentrer son travail vers l’essentiel, mais cela n’empêche pas l’ensemble d’être profondément pertinent.

Difficile d’isoler un morceau tant l’album est homogène. Même si le titre final, Microsia, le fat The Depths et l’électronica de Fade Away Sessions (avec Consequence) ont mes préférences, on ne peut décemment pas s’en prendre au reste.

Nothing Is Certain est un album réellement abouti, proposant une autre idée de la drum’n’bass. ASC confirme son statut avec ce nouvel album des plus intéressant.

 

http://1.bp.blogspot.com/_04vb9TpD780/TJ3GVCAR-KI/AAAAAAAAB9I/53EzbB-nBdI/s1600/1279030045_6asc__nothing_is_certain.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires