Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 17:29

Sortie : 21 juin 2011

Label : InFiné

Genre : Techno

Note : 6/10

 

Il y a un an, Arandel sortait In D (ici), sublime album de techno évitant l’utilisation de sampler, se basant uniquement sur de vrais instruments. Il s’en est fallu de peu pour que l’album truste la première place du classement techno 2010 de Chroniques électroniques (ici). Un an plus tard, j’écoute encore l’album avec plaisir, sans jamais me lasser, découvrant inlassablement de nouvelles pistes de lecture.

 

InFiné semble chercher à capitaliser le succès critique de l’album en sortant une version remixée sobrement intitulée In D Remixed. Cet exercice se révèle trop souvent sans intérêt et ne sert qu’à remettre au goût du jour un album pour mieux l’imprimer dans les mémoires. Rares sont les remixeurs de talents, la plupart se contentant de simplement resservir un morceau, changeant uniquement quelques éléments, sans en modifier la moelle épinière. L’exercice se révèle ici d’autant plus ardu que la matière première approche déjà la perfection.

Un triste constat s’impose puisque les remixs se focalisent uniquement sur les morceaux techno de l’album. C’est regrettable étant donné les qualités des morceaux plus "expérimentaux" de l’original. On se retrouve ainsi face à 9 pièces reprenant uniquement trois morceaux originaux (plus un n’étant pas issu d’In D).

On retiendra seulement trois morceaux intéressants avec notamment la superbe relecture de In D # 3 par un Rone décidément incontournable et se permettant un trip électronica-IDM, lorgnant parfois vers une drum’n’bass ralentie, pour un résultat aérien. Fraction démonte aussi In D # 5 en supprimant la rythmique répétitive pour mieux se focaliser sur des sonorités organiques pendant que Manvoy de Saint Sadrill impose une techno sombre avec In D # 4.

Le reste est loin d’être aussi captivant. La plupart des artistes présents se contentent de prolonger le plaisir sans en changer les fondamentaux. Mr Raoul K a beau rendre In D # 7 plus offensif et Bruno Pronsato étaler sur la longueur In D # 3, on ne peut s’empêcher de penser que le travail est ici bâclé.

 

Tout cela manque sérieusement de prises de risques et, au final, In D Remixed n’est rien de plus qu’un album de remixs paresseux. On peut seulement espérer qu’il permettra aux ignorants de découvrir l'ineffable matériau d’origine.

 

http://www.qobuz.com/images/jaquettes/3700/3700551717750_600.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires