Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 19:14

Sortie : juin 2011

Label : Jumble

Genre : Electronica éthérée

Note : 6

 

L'histoire de ce jeune producteur basé à Glasgow est étonnante. Né en Iran, il atterrit en Ecosse alors que sa famille fuit le pays. Devenu dentiste, Soosh trouve l'inspiration pour achever ce premier maxi lors d'un voyage au Canada. Sa musique, électronica éthérée qui tire sur l'ambient, fait penser aux récents EP de Tokimonsta (chroniqué ici) ou de Slow (chroniqué ici).

 

L'ambiance générale est liquide, apaisante. Rien ne presse dans la musique de Soosh. Les nappes s'étendent largement dans l'espace, ondulant vaguement sur les rythmiques qui tintinnabulent benoîtement. C'est en flottant que l'on évolue dans ces titres qui bruissent de diverses sonorités, guidé par des percussions improvisées et brinquebalantes. Des samples de voix lointaines enrichissent cette mécanique qui ne manque pourtant pas d'huile. Il y a parfois un vague air d'abstract hip-hop qui vient se glisser, notamment sur Friday Feelings. Les constructions simples, voire simplistes, sont en fait un jeu d'allers-retours entre les éléments qui se mettent plus ou moins en avant. Avec Missed You Tonight, le producteur fait ainsi fluctuer le niveau du chant enfantin, des carillons ou d'un vrombissement inquiétant, alors que seuls les nombreux cliquetis tiennent sur la longueur.

Les six morceaux sont complétés par un remix de l'extrait d'ouverture. Alors que Rainbow Hiccups avait parfaitement donné le ton sobre et nuageux du maxi avec un magma de bleeps bien sages, sa relecture par l'Anglais Lapalux offre un peu plus de relief dans une voie plus clairement orientée glitch-hop californien, même si une certaine béatitude, malmenée par des achoppements rythmiques, demeure. 

 

La découverte du travail de Soosh est plutôt agréable, bien qu'il faudra qu'il élargisse son horizon pour retenir l'attention sur un plus long format. Une école de producteurs détendus, avec toujours une pointe de psychédélisme, semble en tous cas se développer en matière de rap abstrait électronique.

 

http://fslab.net/wp-content/uploads/2011/06/Cover500.jpg

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires