Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 19:52

Sortie : 5 octobre 2009
Label : Versatile

Genre : Techno

Note : 8/10

Etienne Jaumet est un pur produit de la culture geek. Le mec ne tient pas en place, son CV est un fourre-tout dont le fil directeur est la matière sonore. Il a officié au sein du groupe Flop et est la moitié du duo Zombie Zombie. Son métier d'ingénieur du son lui a permis de bosser avec la crème du milieu folk indé comme les Moldy Peaches ou Daniel Johnston. A cela, on peut ajouter le fait qu'il est un saxophoniste de talent, qu'il tâte de plusieurs instruments et qu'il affectionne particulièrement le free jazz et la new wave. Vous aurez bien compris qu'avec un tel background, Etienne n'est pas un bleu.

Night Music est un album electro maîtrisé, ce n'est pas une surprise, et surtout teinté d'une ambiance cosmique lui conférant un aspect anachronique attachant. Il faut dire qu'Etienne Jaumet a vu les choses en grand en demandant à Carl Craig de s'occuper de la production et du mixage de son album. Le pape de Detroit y insuffle sa patte avec classe.
Night Music se décompose en cinq mouvements. Les 20 min inaugurales de Far Falling Asleep sont tout simplement parfaites. On tombe dans une techno synthétique à l'ancienne qui devient rapidement hypnotique avec l'arrivée de voix fantomatiques et les envolées free d'un saxo.
Mais Etienne semble surtout livrer un hommage aux sonorités allemande des 70's. L'esprit de Klaus Schulze est omniprésent. Les synthés apportent une atmosphère rétro-futuriste à l'ensemble donnant l'impression d'être dans un film de Carpenter. Cette mode qui peut paraître épuisante à l'écoute, au hasard, de The Emperor Machine, n'entache ici en rien l'album. Etienne Jaumet arrive à maintenir son auditoire avec la vielle à roue d'Emmanuelle Parrenin sur un Through The Strata bad-trippant ou sur l'ambient final de At The Crack Of Dawn.

Night Music est un album résolumment personnel. Etienne Jaumet ne cherche pas à révolutionner la musique electronique mais seulement à en livrer une relecture. On ne tombe jamais en extase à l'écoute de ces 45 min mais on ne peut que s'incliner devant tant de maitrise.


http://www.electronicbeats.net/var/eb/storage/images/music/reviews/etienne-jaumet-night-music/79059-1-eng-GB/Etienne-Jaumet-Night-Music_header_image_review.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

ben 08/10/2009 13:42


Magnifique ! Un des grands albums de cette rentrée et sans aucun doute "de l'année" en matière de techno.