Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 22:13
Sortie : septembre 2009
Label : Definitive Jux


L'écurie rap à l'esprit le plus rock des Etats-Unis
nous balance le quatrième volet de ses compilations présentant les artistes maisons. Et chez Def Jux, on vous donne pas une sélection des dernières sorties, c'est de l'inédit et pas celui qui traîne au fond des tiroirs. Outre les piliers de la baraque comme Cage, El-P ou Mr. Lif (un peu décevant), ce disque est aussi l'occasion de découvrir des MC comme Camu Tao ou Yakk Balz. Ce dernier signe deux titres dont le classique dans la forme mais tout de même agréable Gas Galaxy et le plus électro barré au niveau de l'instru Halogen Glow. Parmi les petits nouveau, il y a aussi Chin Chin avec un morceau assez mainstream R'n'B inintéressant.

Pour la diversité, il faut remercier Camu Tao et surtout Central Services qui versent dans un rap-rock énergique bien pensé. Rob Sonic prend lui un détour électro un peu déconcertant et pas complètement convainquant.

Pour passer aux choses sérieuses, il faut commencer avec Despot qui lâche un morceau inventif assorti d'un flow habile et d'un refrain entraînant. Puis enchainer avec D-Up de Hail Mary Mallon aka Aesop Rock et Rob Sonic qui envoient la sauce sans se soucier des dégats.

La machine à claque s'active enfin avec Weatherman en ouverture qui grave un titre tendu et dense à la Dalëk. Il pose d'ailleurs l'ambiance nerveuse qui sert de fil rouge à cette compilation. On la retrouve notamment sur Worm In Her Vein de Cage qui avait gardé une bombe dans sa besace après son excellent album (chroniqué ici). La conclusion du disque est laissée à El-P qui nous rend encore plus impatient d'entendre un nouvel album de sa part. Sur How To Serve Man, son texte envoyé comme des directs est accompagné par une production originale, travaillée et évoluant intelligemment, rien à redire

Même si tout n'est pas parfait, longue vie à Def Jux !
par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires