Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 13:44
Sortie : 9 septembre 2009
Label : Ant-Zen

Ahnst Anders se nomme en réalité Henrik Erichsen. Ce musicien trentenaire s'est rapidement distingué sur la scène alternative et underground de Cologne. En quête perpétuelle de nouvelles directions musicales, Ahnst Anders pourrait se targuer d'être un véritable chercheur sonore.
Il a réussi lors de nombreux évennements à marier musique et art pictural.
Après deux disques sortis confidentiellement, c'est sur le label et distributeur avant-gardiste Ant-Zen que paraît ce premier album, Many Ways.

Inspiré par les sonorités environnementales du quotidien, le cerveau d'Ahnst Anders semble toujours en ébullition. On remarque rapidement un gros travail de sampling avec ces sonorités métalliques et organiques. L'Allemand joue aussi avec le feu, l'air et l'eau.
Conçu comme une errance urbaine, Erichsen nous emmène dans des lieux inquiétants. On pense à des égouts, un bunker, une soufflerie ou à une gare presque désaffectée.
Entre dark-ambient, drone, et IDM cette quête introspective au coeur d'un univers crasseux est aussi belle qu'inquiétante.
Les synthés sont lugubres et pastoraux. Le rythme lui, varie entre tribalisme minimaliste et dub downtempo. Sans parler d'épuration, on peut dire qu'en ce qui concerne le rythme, Ahnst Anders va a l'essentiel, et cela même si la texture est taillée par un bijoutier face à un diamant noir et brut.
Cette musique, qui ne pourrait que profiter d'un support vidéo ou d'une chorégraphie contemporaine, a pour but de nous faire perdre pied. C'est plus que réussi.
Nul n'a envie de garder la tête hors de l'eau à l'écoute du terrifiant Dust, des fusionnants Silent Whisper et Phonique ou de l'envoûtant Forrest.
Que dire de Still Here et de ses magnifiques contrastes ? Là où de sévères breakbeats cotoient des enfants en récréation et des oiseaux de mauvaise augure.
Dans une belle vision apocalyptique et lunaire, Night & Day, avec ses percussions cristallines et ses beats brouillés et dépouillés, vient clore un voyage dont nul ne peut sortir indemne.

Entre émotions palpables et imaginaires, ce magistral album est néanmoins conseillé à un public averti et habitué à ce genre de conceptions.

                                  
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires