Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 19:57

Sortie : 14 septembre 2009

Label : Kompakt

Genre : Electro-pop

Note : 6/10


Collectif protéiforme, Gus Gus, est un groupe difficile à cataloguer. Les Islandais étaient avant tout un collectif multimédia avant d’officier pleinement dans la musique à partir de 1997 et leur signature chez 4AD. En cinq albums, le groupe a su moduler sa configuration. Impossible de se figer, les membres vont et viennent. Gus Gus c’est avant tout un son electronique teinté de trip-hop et de house. On n’avait plus eu de nouvelles du groupe depuis le dispensable Forever en 2007. Le groupe revient avec le surprenant 24/7.


La signature récente chez Kompakt est sans doute responsable de cette transformation. Aujourd’hui composé de Daniel Agust, President Bongo et Veiran, le groupe livre un album de house métrosexuée plutôt réussi. On est très loin des débuts tranquille du groupe. En 6 morceaux et 56 min, 24/7 est un appel hédoniste au dancefloor.

Thin Ice, morceau inaugurale, est un tube house possédant une âme, sa percée binaire après ce lent début soul est sans appel. Gus Gus sait se faire moite et lancinant sur les premières pistes jusqu’à ce que Jimi Tenor vienne prêter sa voix sur un Take Me Baby robotique. La suite est terrassante d’efficacité avec Bremen Cowboy, cathédrale techno dont l’empreinte de l’écurie Kompakt est flagrante. Add This Song permet de retrouver le côté soul du groupe sur une montée aérienne trippante.

Mais le tableau est loin d’être aussi idyllique. Chaque piste durant environ 10 min, on se rend vite compte de la vacuité de l’édifice. Passé les cinq premières minutes de chaque titre, on voit bien que le groupe s’enlise trop longuement dans ses pérégrinations 4/4. On finit par se lasser malgré le bel enrobage.


24/7 reste un album surprenant, rempli de clichés, mais pourtant diablement attachant.

http://icelandmusic.is/resources/thumbnails/icelandicmusic_is/Artists/GusGusNewCover_300_300.jpg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires