Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 23:08
Sortie : octobre 2009
Label : Anticon


Magnifique mariage électro et rap et bien plus encore, le duo Themselves composé de Jel et de Doseone frappe une troisième fois sur long format. Après avoir sorti une appétissante mixtape téléchargeable gratuitement en début d'année, les deux hommes ont décidé pour CrownsDown de rendre hommage à leurs rappeurs et producteurs préférés. Les références au Bomb Squad ou à Nas ne sont pourtant pas évidentes immédiatement tant la musique des deux Californiens sonne moderne. Les clins d'oeil aux thèmes classiques de ce style sont plus évidents avec notamment un titre "guess who's back", un autre historique, un passage à la gloire du DJ, etc.
Au delà de ce concept, les productions sont nerveuses et puissantes à l'image de ce Gangster of Disbelief qui fait vibrer les murs. Le morceau Daxtrong est également un hommage... au fondateur de Subtle, Dax Pierson, paraplégique depuis un accident en 2005. L'ambiance se fait donc plus calme malgré un texte débité à 100 à l'heure. Et la vitesse du flow se fait encore plus impressionnante sur You Ain't It et son refrain au vocoder bien trop facile. Heureusement, les couplets et la folie qui y règne ne font pas baisser le niveau. La fin est un étrange chaos sonore.
Poussées rock, jeux de samples, moments chantés sont autant de variations égrenées tout au long du disque. Sur Skinning The Drum par exemple, l'auditeur se perd entre les breaks de batterie, les scuds envoyés par la MPC de Jel et le rap affuté.

Malgré sa durée, dix titres c'est un peu court, ce disque est très riche et viendra rafraîchir ceux qui aiment le rap décalé et inventif qui dépasse largement les limites de ce genre !


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

melvzerr 05/01/2011 14:59


J'ai eu un peu de mal avec au début, n'écoutant que Daxstrong la track (selon moi) la plus accessible du cd. Puis jme suis mis a tout écouté et la aie aie, c'est vraiment violent et sale. Gros
cd
donc, j'ai beaucoup de respect pour doseone avec tout ses projets super variés (bizard que tu n'ai pas chroniqué l'énorme 13&God (themselves + the notwist).

J'ai eu la chances de les voir (themselves) cet été a paris et putain ça envoie, tu sens vraiment qu'ils ont bien préparé leur "set".

J'aime beaucoup le site sinon, continue

cya