Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 19:59
Sortie : juillet 2009
Label : Urban Noize Records


Fondé en 2005, La Coka Nostra s'était fait connaitre par quelques titres et featurings percutants. On retrouve dans ce collectif des anciens d'House of Pain - Danny Boy, à l'origine du projet, Everlast et DJ Lethal - ainsi que deux autres MC de talent : Ill Bill et Slaine. A l'heure du premier album, ils ont réuni producteurs et invités prestigieux pour marquer les esprits avec leur rap volontairement tourné vers le passé, un temps où le rap n'était pas contaminé par le fric. Les productions signées notamment par DJ Lethal, The Alchemist, Everlast ou Ill Bill sont assez classiques tout en sonnant très juste que ce soit dans une énergie rock sur The Stain ou sur la ballade Cousin of Death.
Les styles sont donc variés tout en restant dans une même veine qui ne peut empêcher de faire penser à Cypress Hill, une de leur référence.

Il règne dans ce disque une lourde ambiance gangster west coast qui est largement renforcée par deux morceaux : le single Bang Bang avec l'inimitable Snoop Dog et sur I'm An American, un autre moment fort du disque où B-Real de Cypress Hill signe une de ses deux apparitions.

Les "super groupes" comme La Coka Nostra semblent parfois excellents sur le papier et décevant sur long format, ce n'est pas le cas avec A Brand You Can Trust. L'atmosphère de l'album est dense et on imagine facilement les différents MC en compétition pour poser le texte le plus ravageur.

La qualité est présente jusqu'au bout de l'album qui s'achève avec le brutal Fuck Tony Montana. Les amateurs du genre n'ont qu'à se précipiter !


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires