Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 09:04

Sortie : juillet 2009

Label : DFA

Genre : Electro-rock-punk-funk

Note : 7/10


DFA commençait à nous manquer. Il faut dire que jusqu’à maintenant, 2009 n’a pas été un grand cru pour le label new-yorkais entre la house datée de The Juan McLean (chronique ici) et le dispensable album remixé 45:33 de LCD Soundsystem (chronique ici). C’est donc avec une certaine appréhension que déboule le duo Y△CHT. En effet, une bonne grosse hype bien dégoulinante poursuit le groupe depuis bientôt deux ans. Les prestations live de Claire Evans et Jona Bechtolt semblant surtout attirer les putafranges étant donné l’attitude poseuse du duo. Mais ces préjugés vont vite tomber à l’écoute de cet album dévastateur.

See Mystery Lights est la galette qui va vous faire pousser les meubles de votre appart’ pour le transformer en un énorme piste de danse hédoniste. James Murphy reprend sa casquette de producteur hors pair et donne une ampleur démentielle au son electro de Y△CHT. En 10 titres, le duo de Portland passe tous les gimmicks electro à la moulinette pour mieux vous les resservir. Il en résulte une bacchanale sonore inédite. Malgré l’enrobage « groupe branché », Y△CHT sait caresser l’auditeur exigeant dans le sens du poil en faisant de chaque piste un mille-feuilles sonore jouissif. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter l’euphorie tribale de Ring The Bell donnant l’impression qu’Animal Collective parle enfin aux jambes.

Le duo semble rendre un hommage incessant au son DFA avec Summer Song, plagiat réussi des Rapture, ou avec les lyrics répétitives de We Have All Ever Wanted, parfait décalcomanie du Losing My Edge de LCD Soundsystem. Mais c’est avec deux singles imparables que Y△CHT va finir de vous achever. Psychic City est la pop-song électro parfaite pour vous coller le sourire, pendant que le monumental It's Boring/You Can Live Anywhere You Want vous explose à la gueule. En neuf minutes, la messe est dite grâce à un départ rock crado avant une envolée stratosphérique vers les contrées d’un punk-funk hypnotique à faire pâlir de jalousie ESG.

En 10 titres jamais répétitifs, Y△CHT dépasse tous les espoirs placés en eux avec cet album qui réconcilie hype et qualité.

http://www.lesinrocks.com/uploads/tx_inrocksttnews/yacht_see_mystery_lights_indiecaciones.jpg

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires