Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 21:37
Date de sortie : 17 août 2009
Label : Wichita

Simian Mobile Disco est un duo britannique articulé autour de James Ellis Ford et James Anthony Shaw. Tous deux furent membres du groupes Simian à qui l'on doit We are your Friends et son fameux remix par Justice.
Ne voulant pas laisser passer la hype, ils sortent leur premier album : Attack Decay Sustain Release, qui jouira d'un joli succès commercial et fut encensé par presque toute une presse.
Viendront ensuite en 2008 un album de remixes et une sortie anecdotique sur la série Fabriclive.

Temporary Pleasure est composé de dix titres synth-pop ou nu-disco avec des boucles qui voudraient vaguement ressembler à une house chaloupée. Sur ces dix titres, sept sont des collaborations ou featuring. Ce qui en dit déjà long sur les velleités mercantiles du duo et sur sa faignantise supposée. Le problème est que ces sept morceaux sont tout simplement insipides et anémiques. Certains d'entre eux frisent même l'inaudible. Mais qu'est ce qu'un génie comme Jamie Lidell est venu faire dans cette galère ?
Beth Ditto (Gossip), Gruff Rhys (Super Furry Criminals), Chris Keating, les insuportables Telepathe, Alexis Taylor et les rigolos Young Fathers sont donc crédités sur cette blague pas vraiment drôle. Il ne manquait qu'Amanda Lear pour combler ce superbe casting.
Même si Beth Ditto s'en sort plutôt bien dans sa partie (Cruel Intentions), tout comme les rapeurs fluo Young Fathers (Turn Up The Dial), les mélodies associées sont d'une pauvreté désolante.
Les seuls titres valables sont ceux réalisés seuls, l'intéressant 10000 Horses Can't Be Wrong, l'excellent et virvoltant Synthesise et le bon mais un brin putassier Ambulance.
Force est donc de constater que les Simian Mobile Disco auraient pu faire nettement mieux.
On ne reprochera jamais à un artiste de vouloir vendre sa musique mais à ce niveau là, on peut quand même penser à une arnaque, voire à une pantalonnade.

Tant que le NME ou Nagui seront les seuls à parler musique à un grand nombre en Europe, on ne pourra pas reprocher aux gens d'avoir mauvais goût ou aux artistes de faire de la merxx...
Malheureusement cet album va bien se vendre et on est pas prêt d'entendre l'adage :
Qui sème la hype récolte le fiasco.
                                 
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires