Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 14:11
Date de sortie : 3 juillet 2009
Label : Regular

Le Barcelonais Pablo Bolivar s'est longtemps cherché depuis ses débuts en 1997. Après avoir sorti une pléïade de remixs et de 12", un premier album en 2006 : Anjanas, l'Espagnol lâche ce très abouti Recall sur le label Regular à qui il semble avoir juré fidélité.

Recall est en fait un double album. On peut craindre le pire en s'attendant à plus de 70 min de techno minimale conçue au kilomètre. Il n'en est rien.
Ne se réclamant pas de la communauté de Berlin ni de celle de Detroit, Bolivar fait le choix de se nourrir des deux. Il injecte même de bonnes doses d'ambient dans ses boucles hypnotiques, nous rappelant ainsi qu'il est un fan de Monolake.
Minimale, dub-techno, deep house, ambient... les pistes sont brouillées, ce qui a pour effet de rafraîchir un paysage techno en manque de créativité en matière de son dancefloor.
Pas de boucles turbinées ni de montées épileptiques ici, la techno du catalan est dotée d'un potentiel méditatif et dansant.
L'approche dub-techno parvient à donner une dimension stratosphérique à certains morceaux comme sur l'excellent My Own Reality, pour ne citer que celui-là.
Certains titres arborent des traits aériens et des rayons de lumières ensoleillés, lâchant le côté dancefloor pour un vol en planeur au dessus d'une mer baléarique.
Les morceaux sont longs et progressifs, comme souvent en matière de minimale, mais les nombreuses insertions de bleeps aquatiques et les effets de reverb gomment ce qui aurait pu s'avérer rébarbatif.
L'écoute des Modern Time, A Part of Us, Falling Angels, Meltdown ou le tryptique Escape from Galaxy Five (véritable rampe de lancement vers des galaxies lointaines) ne pourront que confirmer tout le renouveau qu'apporte Bolivar à un genre laissé en jachère depuis bien trop longtemps.
                                
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

funky5 03/08/2009 18:03

doux comme un bisou,pour danser dans le salon,pour ce faire une idée passez sur son myspace (lien dans chronique)....il y a toujours eu de bons disques de minimal je trouve suffit de chercher il faut encore être d'accord sur ce qu'est que la minimal.......en tout cas merci pour cette découverte..