Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 20:58

Date de sortie : juin 2009
Label : Miasmah

Le projet du Belge Pepijn Caudron, baptisé Kreng, se voulait au départ tourné autour du sample et des orchestrations pour le théatre ou le cinéma. Il a d'ailleurs beaucoup collaboré avec la compagnie théatrale belge : Abattoir Fermé.
Après avoir sorti un EP intéressant, The Pleiades (disponible en libre téléchargement pour qui sait chercher), il sort donc ce premier album au titre un rien pompeux sur le label Miasmah, propriété de Svarte Greiner qui nous avait offert le superbe Kappe au début de l'année.

Entre ambient, drone, free jazz, musique contemporaine et néo-classique, l'oeuvre de Kreng est sombre et complexe. Bien aidé par le pianiste Jérémy Calbert, le percussionniste Eric Thielemans et l'ingénieur du son Frederik Van De Moortel, le Belge parvient à sortir un peu des sentiers dark ambient, souvent (trop ?) empruntés par le label Miasmah.
Beaucoup de blogueurs s'était evertué à commenter ce disque à l'aide d'un leak douteux il y a quelques semaines. Ils furent légion à dire que cet album était constitué de seulement deux morceaux face à leur fichier mal fractionné. Cet opus comprend en fait 18 pièces, dont certaines font penser à des interludes d'une grande noirceur qui semble précèder les étapes de la blasphématoire dissection.
On entend même un long passage emprunté à un certain Fred Chopin.
Très inquiétant et pas facile d'accès, cet album n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Pianos mineurs, violons et violoncelles à l'agonie, sonorités grinçantes, cuivres mutants, voix lyriques voilées, samples de films noirs, pleurs étouffés sont les ingrédients utilisés pour cette marmite ennivrante.
Malgré tout le bien qu'on peut penser de cet album, il n'est pas à exclure que les non coutumiers du genre déplore ce qui serait pour eux une fome d'élitisme. Mais peu importe, les mélomanes et les férus d'expérimentations complexes y trouveront leur compte et c'est le principal.
Encore une fois, il est nécessaire de posséder une installation sonore digne de ce nom pour apprécier cet album à sa juste valeur.
Pour les autres, passer votre chemin face à cet objet musical non identifié.
                                  

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires