Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 13:02
Sortie : juin 2009
Label : Nacopajaz


Ils sont tous deux toulousains et auteurs d'une électro sobre et inventive. Les sons utilisés et les ambiances construites par ces deux hommes sont proches, bien qu'ils ne se connaissent quasiment pas. Autre point commun, ils se révèlent tous les deux en 2009 avec un album. Mondkopf a publié Galaxy Of Nowhere il y a quelques mois (chroniqué ici). Fedaden vient tout juste de sortir Broader. C'est donc sur celui-ci que nous allons nous attarder.

La référence au premier cité est tout d'abord évidente à l'écoute du disque du second. Ils optent chacun pour des sons de claviers très synthétiques et leurs titres au tempo modéré présentent des évolutions mesurées et pourtant une bonne tenue. L'écoute en est aisée et agréable à l'oreille grâce à la richesse des couleurs et aux constructions soignées.
Il ne faut toutefois pas limiter Fedaden à cet aspect des choses... il est capable d'apporter du punch à certains de ses titres, notamment Verdad ou Key qui rappellent Para One, ou au contraire de se lancer avec réussite dans de l'ambient assez planante, comme par exemple sur Sour. Enfin, dernière originalité, la plage offerte à la voix de Dominique A qui, outre l'univers particulier du bonhomme, est un peu trop isolée pour se fondre dans le paysage.

A ce dernier écueil, j'ajouterai que l'utilisation de sons très synthétiques, en particulier les imposantes nappes, provoque une certaine lassitude au long du disque. Un peu plus organique le prochain LP ? c'est ce que nous lui souhaitons... car nous espérons que Broader ne restera pas sans suite.



par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Chroniques électroniques 10/08/2009 09:35

Je trouve ta chronique un poil réductrice mon cher Raph, et la comparaison avec Mondkopf... un rien convenue.

Ed.