Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 09:44

Sortie : 20 avril 2009
Label : Boxer Recordings

Genre : Techno

Note : 8,5/10


Cet album débute sur un malheureux malentendu. Disponible depuis près de trois mois, il est resté tristement dans un coin, silencieux. Tout cela à cause de sa pochette naïve laissant croire qu’il s’agissait d’un énième album de techno acide trop dans l’air du temps. C’est parfois pathétique de constater à quel point les préjugés peuvent vous faire passer à côté d’un excellent disque. Car avec A Raver’s Diary, Dusty Kid signe un album techno sans faille.

Paolo Alberto Lodde, de son vrai nom, est donc un petit prodige de la techno italienne, une sorte de surdoué si l’on en croit sa bio. Ainsi il aurait prodigieusement ingéré SIX ans de pratique de piano et de violon en moins d’un an. Puis il se serait orienté vers la musique electro où fort d’un morceau intitulé I Love Richie, Monsieur Hawtin l’aurait propulsé sur le devant de la scène. Quelques maxis plus tard, Dusty Kid signe son premier LP : A Raver’s Diary.

Tout est dans le titre. Bienvenue dans une ode à la techno pure et dure. Le balayage du genre est proprement démentiel. Les quatre premiers titres vont suffire à vous terrasser sur place. L’hommage à UR est des plus explicites sur The Underground Persistence pendant que le bien nommé Lynchesque va s’occuper de vos neurones pendant six minutes vicieuses au possible. Cet album suinte la MDMA par tous les pores, s’en est presque provocateur.

La suite promet une belle échappée dans des contrées technos plus ouatées. Cowboys est une odyssée planante dans les confins d’une deep-techno ensoleillée alors que le plus rêche The Fugue vous balance un cut terrassant d’efficacité.

Mais le coup de grâce vient avec les 17 min d’America, ultime ballade techno dont les quelques notes de guitares égrenées vont vous faire voyager du côté des interminables freeways ricaines. Cette longue odyssée permet de retrouver cette techno possédant une âme, celle vous racontant une histoire.

Agencé comme un mix, jamais rébarbatif, soigneusement produit, A Raver’s Diary est un album techno à ne pas rater.

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Rohan 27/07/2010 18:14


Cet album est une tuerie, merci pour ce bel hommage agréable à lire!! J'ai remixé un de ces tracks d'ailleurs, pas retenu par le label dommage !!

A ecouter à la fin de ce mix !!

http://soundcloud.com/infectedansy/rohan-electro-dj-set-22072010-paris-sounds


olivier 14/01/2010 08:18


terrifiant d'efficacité. merci pour cette découverte.


Pierro 30/07/2009 03:01

Une énorme claque de mon côté aussi. Un truc de fou. De la techno de très haute qualité.