Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 18:29
Année : 2009
Label : Def Jux


Merci à tous ces labels américains qui continuent de produire du rap indé de qualité : Anticon avec Sole ou Themselves, Ipecac avec Dalëk, Stones Throw avec Doom, Anti avec Busdriver, etc. C'est en ce mois de juillet au tour d'une autre maison de qualité, Definitive Jux, de nous conforter dans ce sentiment que le rap américain n'est pas mort vendu aux sirènes du bling bling et du vedettariat. Le label sort Depart From Me, le troisième album de Cage. Ce New-Yorkais blanc signe 12 titres denses, parfois très courts et à l'esprit rock qui rappelle la fureur d'un Sage Francis. Si les guitares saignent sur la majorité du disque, son flow élastique (dédicace !) peut se faire plus distendu sur des morceaux moins excités rappelant vaguement les bonnes inspirations de Lupe Fiasco. (rien de meilleur qu'un bonne séance de name droping !)

Cage peut donc hurler "I was a fat guy !" sur un instru saturé un poil brutal (Fat Kids Needs An Anthem) ou se faire beaucoup plus nonchalant sur I Found My Mind in Connecticut, accompagné d'une electro brumeuse et profonde. De même sur
les nappes mélancoliques d'I Never Knew You, violentées sur les refrains par une guitare nerveuse. Ces différents passages s'articulent très bien, offrant une variété agréable pour l'auditeur. L'Américain maintient aussi une certaine tension tout au long de ce disque assez compact avec son ton d'homme blessé et rebelle.

Espérons
que ce Depart From Me ne passera pas inaperçu en sortant au début de l'été... il mérite mieux.


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires