Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 22:13
Année : 2009
Label : Downtown/Cooperative


Diplo a abondamment donné dans le mix, le remix et la production... le suractif américain a bien mérité quelques vacances à la Jamaïque. Sauf que si on avait su comment ça allait tourner, on ne l'aurait pas laissé partir ! Entiché de son compère Switch, ils ont décidé de se lancer dans un album consacré à leur amour du dancehall. A quoi fallait-il s'attendre de la collaboration entre le DJ le plus surcoté du moment et l'inventeur du style le plus hype et insipide, la fidget house ? Pas grand chose.
Dès la découverte du pseudo qui les réunit, Major Lazer, on sent la blague de potache et le délire de producteur mégalomane qui pense pouvoir toucher à tout avec la même "réussite". Après avoir subi les deux premiers titres qui pourraient n'en être qu'un tellement ils sont identiques, Diplo et Switch décident de démontrer l'étendu de leur talent : l'auditeur aura donc le droit a du pseudo reggae roots assez classique (Cash Flow), un ragga-rock (Lazer Theme) puis un titre vraiment dancehall (Anything Goes)... tout ça sans logique ni réelle originalité.
Le pire est qu'ils ont débauché une armada de chanteur et toaster locaux pour accompagner leurs errances sonores : Mr Vegas, Santigold (loin de son meilleur), Vybz Kartel, Nina Sky, Turbulance, Amanda Blank, Mr Evil et la liste est encore longue ! Une joyeuse bande qui peine à relever le niveau des instrus sur lesquels ils posent.
Certains passages ne sont pas si désagréables que ça, mais l'incohérence des enchaînements et les nombreux clichés (sirènes et echo trop faciles) appauvrissent considérablement ces rares bouffées d'oxygène. Concilier les thèmes douteux du dancehall actuels avec les lyrics conscious de la période roots est il est vrai un défi très ambitieux. Les morceaux durent heureusement rarement plus de quatre minutes, ce qui dépasse néanmoins souvent le supportable.
Pour confirmer que ce disque est une large blague, Keep it Goin' Louder offre un magnifique mélange de dancehall à la sauce eurodance 90's des plus abject. Quelques minutes de vulgarité à tenir à distance des jeunes oreilles non encore perverties par les horreurs musicales de ce monde.

Chapeau à ceux qui ressortiront indemne de ces 13 titres.



par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Lions 23/07/2011 21:28


Encore une fois vous êtes passés à côté du truc les snobs! ahaha!


Chroniques électroniques 24/07/2011 03:18



T'avais peur qu'on lise pas ton premier com'. C'est volontaire ou pas, que tu réagisses uniquement à propos d'albums pourris ?



Lions 23/07/2011 21:24


J'ai fait le tour de votre site. Pourquoi tant de haine envers Diplo? Haterz!!!