Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 12:39

Année : 2009
Label : Get Physical

Genre : House, électro-pop

Note : 7,5/10

Le passage à l'album est le moment le plus casse-gueule pour un DJ reconnu. Deux choix s'offrent à lui : compiler ses maxis et rajouter quelques morceaux binaires ou bien tenter la grande aventure, celle qui consiste à narrer une histoire, à emmener l'auditeur sur des chemins incongrus quitte à le perdre.
Damian Lazarus a pris le risque de la deuxième route, la sinueuse. Lazarus c'est avant tout ce DJ dément, le mec qui arrive à te faire voler très haut avec des morceaux minimal, deep-house improbables. Totalement étranger à la hype, ses sets vicieux sont des cathédrales techno imparables.
En 13 titres, Damian va en surprendre plus d'un. Déjà, oubliez le dancefloor, on n'est pas là pour se bouger les fesses malgré ce que le morceau d'ouverture éponyme laisserait à penser. Il suffit d'entendre les premières notes de piano du maxi Moment pour immédiatement comprendre que le moment n'est pas à la fête mais au spleen. 8 min de deep-house à pleurer grâce à la présence au chant du groupe suédois Taxi Taxi. La suite de l'album n'arrivera jamais à dépasser ce sublime état second, mais pourtant on se laisse envelopper par cette ambiance neurasthénique. Les pistes s'enchaînent en dépassant rarement le format pop réglementaire des 5 min, les voix semblent échappées d'Alice au pays des merveilles, les sons sont gras, lourds, plombants. La rythmique binaire s'efface même sur nombre de morceaux comme le très réussi Cold Lizards.
C'est finalement le dernier titre qui détient la clé dans son titre : After Rave Delight. Pour réellement apprécier cet excellent disque, il vous faut le caler sur la platine à 6 h du mat, quand vous êtes de retour chez vous. Vous verrez, les lapins d'Alice ne seront pas loin.


http://www.electronicbeats.net/var/eb/storage/images/music/reviews/damian-lazarus-smoke-the-monster-out/55679-1-eng-GB/Damian-Lazarus-Smoke-The-Monster-Out_header_image_review.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

l'Astre 28/09/2010 15:17


Je suis revenu dessus, y'a pas longtemps également, bien que j'apprécie me passer spinnin' assez souvent, parce qu'il a sorti cet été des versions club justement de quelques-uns des titres de
l'album (dont "Moment"), et que c'est vraiment pas terrible...

+

l'Astre


l'Astre 27/09/2010 13:28


Bien qu'on ne puisse honnêtement le faire figurer dans un top 1000 de bonne facture, une grosse tuerie bien cachée, je confirme. Vraiment très bon.


+

l'Astre


Chroniques électroniques 28/09/2010 13:11



C'est marrant que t'en reparles. Je me réécouté l'album ce weekend et il passe vraiment toujours aussi bien.



daYmo - Music Destock 07/04/2009 10:34

Hello B2B,
çà donne envie d'écouter son album. Mais malheureusement pour moi sur son myspace y'a que du DJ Mix ... qui à base de boom boom boom ne me convient pas, comme tu le sais ;)
On ne peut l'écouter nul part en pré-écoute cet album ?
Ciao