Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 15:39

Année : 2009
Label : Fabric

Genre : House

Note : 7/10

Omar S n'a peur de rien, la preuve avec ce nouveau mix pour la fameuse série Fabric. LA boite anglaise a en effet commandé
un mix au DJ. Et que répond le petit Omar : "pourquoi pas, mais je ne veux mettre que mes morceaux". Il vaut mieux en avoir dans le pantalon pour se permettre autant d'assurance.
Mais d'ailleurs, c'est qui cet Omar S ? Un mec de l'ombre, un DJ qui ne sort que des bombes deep-house-minimal autoproduites depuis quelques années. On le voit peu, il daigne rarement sortir de son antre de Detroit. Et voilà, le mot est lâché : Detroit. Les pupilles se réveillent, les souvenirs remontent à la surface.
C'est donc parti pour 16 titres dans un pur esprit old-house from Detroit mais avec une petite touche actuelle permettant de capter l'auditeur néophyte. Ainsi, Strider's World déroule ses basses sur une nappe très Carpenter avec des sonorités sorties d'une gameboy. On retrouve aussi un rythme de plus en plus martial sur Crusin Conant, le genre de morceau idéal pour redonner de l'énergie aux danseurs. Mais c'est surtout l'esprit de Moodymann qui hante nombre de titres comme le Psychotic Photosynthesis ou Day. Mais Omar S n'est pas dupe, il sait pertinemment que la fête est finie, que l'esprit soul de la house s'effiloche avec le temps. U apparaît comme un polaroid de la house actuelle, la rythmique étant anesthésiée par cette voix mélancolique.
Le Fabric d'Omar S n'est pas un chef d'oeuvre, il se fait même un peu redondant par moment, mais il permet de remettre un pied dans ce qui fut pendant longtemps le haut lieu de la techno.


par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires