Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 15:59
Année : 2009
Label : Kindred Spirits


L'autrichien Oliver Thomas Johnson (aka Dorian Concept) a commencé son petit bout de chemin musical en balançant ses titres en mp3 sur la toile. Il a également participé à plusieurs compilations, notamment chez TrebleO.
Ce When Planets Explode, sorti il y a peu fait littéralement l'effet d'une déflagration.
Après l'avoir écouté, Gilles Petterson dira : "Voici le Joe Zawinul autrichien !" Rien que ça. Pour ma part, je dirais simplement que là, on a affaire au créateur d'un nouveau courant : le hip-hop cybernétique. Ecoutez le disque puis référez vous au dictionnaire et vous verrez que la définition n'est pas usurpée.
Dorian Concept poursuit le sillon déjà creusé par Flying Lotus ou Lukid, tout en le sublimant. On peut également penser à certains travaux de Madlib ou au dernier Harmonic 313 (ce dernier officie dans un registre bien différent, son album avait été chroniqué ici même il y a quelques semaines).
Il arrive avec une facilité déconcertante à fusionner les aspects dansants et expérimentaux. Bien que définitivement hip-hop, on fait plus que soupçonner un musicien de jazz confirmé. Malgré un bpm parfois rapide pour un album de hip-hop instrumental, le tout reste planant et hypnotique. La machine dominante est un synthé MicroKorg. De ci de là, quelques captures de voix trafiquées apparaissent planquées derrière des bleeps aquatiques vitaminés.
Trop imprévisible et bien trop varié, je ne ferai pas la description des titres un par un. Le splendide mais trop court morceau de cloture, Two Dimensionnal résonne encore en moi à l'heure où j'écris ces quelques lignes.
Je pense que l'écoute du titre que je vais poster sur la radio achèvera de vous convaincre qu'il est bien question d'une véritable bombe.
Grosse grosse claque.


par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires