Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 01:15

Sortie : novembre 2011

Label : Time Released Sound

Genre : Field Recordings, Experimental

Note : 8,5/10

 

L'hiver dernier, Wil Bolton nous apprenait qu'il n'était pas seulement la moitié fondatrice du label Boltfish (spécialisé dans l'electronica bien organique) où il officie d'ailleurs sous le joli nom exotique de Cheju. Son magnifique album Time Lapse (ici), paru sur la souvent excellente maison Hibernate Recordings, avait dévoilé une facette bien différente. Plus "musicienne", plus abstraite aussi, lorgnant vers le drone et les compositions électro-acoustiques. Si les productions de Boltfish ont quelque peu perdu en qualité cette année, Wil a lui poussé ses expérimentations et ses field recordings vers une qualité remarquable. Quarry Bank, dont il est aujourd'hui question, en est le parfait exemple. Il est paru il y a peu, sur le label de Colin Herrick : Time Released Sound.

 

Quarry Bank, bled pas si paumé des West Midlands, est un symbole. De l'industrie textile britannique, mais aussi un symbole de la révolution industrielle. En curieux, Wil a même plusieurs fois visité les lieux. On dit que le site a perdu de sa superbe depuis que la bibliothèque de l'usine a fermé et qu'un centre commercial imposant s'est installé non loin de là. C'est avec beaucoup d'affection et de nostalgie que Bolton pose sa guitare et ses machines sur cet album hommage. Un hommage historique et culturel, qui peut laisser dubitatifs les français que nous sommes, nous qui avons eu l'intelligence (ironie inside) de complètement désindustrialiser notre beau pays. Notre génération ne fut pas témoin des révolutions qu'ont connu l'Allemagne ou l'Angleterre. Mais l'oeuvre est avant tout un objet d'écoute. Enveloppons donc cette humble chronique d'un soupçon de pragmatisme.

La qualité pure des field recordings est ici remarquable. C'en est presque troublant. Les cordes, graciles et magnétiques, accompagnent les enregistrements des machines à traiter le coton. Les drones sont parfois abruptes , mais dégagent des ondes pénétrantes et vibrantes qui procurent presque des sensations régénérantes (Calico). Mais le plus intéressant réside dans le caractère mélancolique et plein d'affection des textures. Comme si les morceaux venaient dépoussiérer des photos jaunies par le temps, pour redonner vie à des instants passés. C'est sans doute aussi ça, le soundscaping. Cette magie de l'instant ou du paysage, capturée et illustrée en musique. Le titre Jacquard est littéralement à pleurer. Tout à l'air si simple, si essentiel. 

On dit que le témoin du passé qui meurt est comparable à une bibliothèque qui brûle. Les anciens le savent, malheureusement mieux que nous. The Long Decline est semblable à une magnifique  fresque. Celle d'un ouvrier vieillissant retiré dans sa chaumière, recouvert d'une couverture pourpre aux motifs champêtres, contemplant ce qui reste de ce qui fut son environnement. Les gouttes perlent contre sa vitre, son sourire se fait plus cynique face aux dérèglements du grand progrès. La théière a sifflé, il est désormais temps de rendre un dernier souffle et de rejoindre la pleine liberté des feuilles mortes éprises d'un dernier voyage. Le temps a passé.

 

Quarry Bank est une belle oeuvre courte suintant l'humilité. Elle est aussi parfaitement idéale, de par sa facilité d'accès, pour ceux qui souhaiteraient placer un premier pied vers les field recordings. Pressé à un nombre plus que confidentiel (100 exemplaires), cet album est emballé dans un packaging plus qu'attrayant. Le peu d'élus qui auront la chance de l'acquérir ne le regretteront pas. Les nouvelles trajectoires prises par Wil Bolton sont passionnantes. Qu'on se le dise.

 

http://timereleasedsound.com/html/wp-content/uploads/2011/10/trs-10_400.jpg

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires